Archives de catégorie : étude technique

L’UV fausse couleur pour la reconnaissance des pigments

En 2009 a été réalisé un mémoire de M2 en photographie à l’Ecole Nationale Louis Lumière sur les images UV fausses couleurs faites au groupe imagerie du C2RMF.

Pigments bleus liés à la tempera, mémoire A. Paounov ENSLL 2009, programme couleur E.Ravaud C2RMF

Ce travail est consultable sur le site de l’ENSLL:

Auteure : Anne Paounov – Directeurs de mémoire : Élisabeth Ravaud et Alain Sarlat

Téléchargement du mémoire : partie A

Résumé : L’ultraviolet fausses couleurs est une nouvelle technique d’imagerie scientifique destinée à l’identification des pigments picturaux. Elle est principalement employée pour l’étude des peintures de chevalet et présente l’avantage d’être non invasive. Elle est fondée sur la photographie d’une oeuvre exposée aux radiations ultraviolettes. L’enregistrement de l’ultraviolet réfléchi par la couche picturale pose un certain nombre de problèmes techniques. Afin que l’ultraviolet fausses couleurs devienne un outil performant dans l’expertise des oeuvres et soit utilisé en routine, la présente étude se propose de détailler et de caractériser l’ensemble des éléments constitutifs de la chaîne de prise de vues dans l’objectif de proposer un protocole de traitement de l’image adapté à la technique des fausses couleurs.

Cite this article as: Clotilde Boust, "L’UV fausse couleur pour la reconnaissance des pigments," in Scientific imaging for cultural heritage / Images scientifiques pour le patrimoine, ISSN 2609-780X, 22/03/2017, https://copa.hypotheses.org/494.

 

Détection du Pigment bleu égyptien par photographie infra-rouge

La fluorescence du visible vers l’infra-rouge, est une technique qui permet de mettre en évidence les pigments : bleu de Han et violet de Han, ainsi que le bleu Egyptien.   C’est en réalité un de leur composant : la cuprorivaïte (CaCuSi4O10), qui a la particularité de réémettre dans l’infrarouge (910 nm)  lorsqu’elle est éclairée en rouge (610 nm).

Technique :

Cette fluorescence n’est pas visible à l’œil, pour ce faire, nous captons le résultat en infra-rouge, grâce à un appareil photo dé-filtré sensible dans l’infra-rouge et utilisé avec un filtre anti-visible (https://copa.hypotheses.org/361).
Le mode vidéo des appareils photos actuels est très pratique car il permet une vision instantané de la présence ou non des pigments.
La lampe LED émettant à 610 nm a été achetée dans un magasin de son et lumière de spectacle.

prise de vue
ledroug
LED rouge

Exemples
Nous nous intéresserons, dans nos exemples qu’au pigment bleu Egyptien.
Comme nous pouvons le voir sur ce détail, nous détectons bien mieux  le bleu Egyptien en fluorescence IR (photo de droite) qu’en visible (photo de gauche).

Détail de fluorescence infrarouge d’une statuette en terre cuite du musée du Louvre

Cette technique est très puissante car même s’il reste d’infimes particules de pigment, invisibles à l’œil, elles auront la particularité d’émettre une fluorescence.

Détail, cercueil a fond jaune, musée du Louvre

Dans cet exemple nous pouvons voir que le manque de pigment bleu Egyptien dans la partie basse est du à une restauration.

 

Sur des cercueils égyptien le résultat est toujours aussi magnifique!

Détail, cercueil a fond jaune, musée du Louvre

Détail de cercueil à fond jaune, Musée du Louvre

Pour en savoir plus sur le bleu Egyptien :
Verri, Giovanni “The spatially resolved characterization of Egyptian blue, Han blue and Han purple by photo-induced luminescence digital imaging.” Analytical and bioanalytical chemistry 394, no. 4 (June 2009):1011-1021. doi: 10.1007/s00216-009-2693-0.
– Dossier CNRS web de Sandrine Pagès-Camagna sur Les secrets des pigments bleus et verts Egyptiens.

Imaging techniques for microanalysis of Paleolithic mobiliary art

Notre article sur la comparaison des techniques d’imagerie pour l’étude du mobilier Paléolithique est paru !

Journal of Archaeological Science: Reports

Volume 10, December 2016, Pages 903–909

Comparison of imaging techniques used in the microanalysis of Paleolithic mobiliary art

  • Nicolas Mélard,
  • Clotilde Boust
  • Gabrielle Cogné,
  • Anne Maigret

Archaeologists have been interested in the survey and analysis of mobile works of Paleolithic art since their discovery during excavations in the 19th century.

Examples of mobile art — made of stone, bone, antler, ivory or clay — are often found as weathered fragments with surface wear that makes the reading of these objects difficult. Since the 19th century, archaeologists have used photography, direct tracing, and oblique light to decipher the marks of the artists. Modern tools and techniques for analysis have continued to evolve. Since the early 1980s, optical and electron microscopy have been used in the analysis of the finest traces. From the 1990s on, 3D laser scanning (30 years after its invention) has been used in all fields of archaeological research. Many techniques followed, quickly evolving.

Today, we face an explosion of the techniques in the field, which offer more and more precision and rapidity that can be useful in archaeological research if applied in the service of well-reasoned lines of inquiry.

This study focuses on two engraved bones from the Magdalenian period. The main aim of the study was to understand the objects, their history and role in the prehistoric context, and their means of production. Ultimately this study informed the conservation, handling, and interpretation of the objects in the museum environment.

A secondary result of the study is an evaluation of the means of analysis in research on cultural heritage. Over the years many objects have been the subject of high-resolution digital photography, infrared photography, ultra-violet photography, RTI, digital microscopy, and microtopographical scans based on axial chromatism.

The feedback of our experience of ten years of 3D approaches provides insight into the evolution of devices and software, and indicates which innovations are of the most value to the field of archaeological study and how their use in combination may yield optimal results.

Keywords

  • Paleolithic;
  • Mobile art;
  • Archaeoscience;
  • Engravings;
  • 3D scanning;
  • Digital microscopy;
  • Technology

 

1-s2-0-s2352409x1630195x-gr7

http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2352409X1630195X