Images fausses couleurs

Les images en réflexion UV comme IR sont des images en niveaux de gris difficiles à lire concernant le repérage des pigments. C’est pourquoi, à l’instar de ce qui se faisait avec les pellicules couleurs infrarouges argentiques, ces images numériques sont mélangées avec l’image en lumière visible et sont transformées en images composites fausses couleurs. Ces fausses couleurs permettent de distinguer plus facilement les informations en les colorisant. Elles permettent ainsi une cartographie des matériaux et l’identification des pigments.

Pour fabriquer une image infrarouge fausse couleur -IRFC dans l’espace de travail RVB, on supprime la couche bleue de l’image dans le domaine du visible. En décalant la couche verte et la rouge et en remplaçant la rouge par l’image infrarouge, on obtient une image avec des couleurs artificielles qui rend lisibles les nuances de gris de l’image d’origine. On procède de même pour les images de réflexion UV (mais en remplaçant la couche bleue) afin de créer des images en UV fausses couleurs -UVFC.

L’image en fausse couleur permet de mieux localiser la répartition des matériaux sur l’œuvre en distinguant notamment des zones de repeints ou de restauration invisibles à l’œil. Les matériaux de restauration ayant des caractéristiques chimiques différentes de l’original, leurs réponses dans l’IR ou l’UV sont généralement différentes, donc visibles dans ces zones de longueurs d’ondes alors qu’ils ne sont pas distinguables en lumière visible. 

De plus, en faisant référence à un catalogue de pigments et matériaux connus passés en images fausses couleurs IR et UV, il est parfois possible de repérer directement certains matériaux ou du moins d’affiner une hypothèse. Soit le pigment a une réponse caractéristique sous UV ou IR, soit c’est l’ensemble des réponses sous différentes radiations qui oriente la détermination (Cf.  “Pigment image database under UV and IR radiations,” https://copa.hypotheses.org/552.). Sans réponse caractéristique, des analyses complémentaires élémentaires ou chimiques sont effectuées par la suite. 

Cite this article as: Lambert E., Bellec J-L., , Itié E., Boust C., “Images fausses couleurs,” in Scientific imaging for cultural heritage / Images scientifiques pour le patrimoine, ISSN 2609-780X, 06/11/2018, https://copa.hypotheses.org/?p=1204.