article : Imagerie scientifique pour la conservation et la restauration du patrimoine

Journées d’étude sur les préalables à la restauration, 13 et 14 octobre 2016, C2RMF/Musée des Beaux-Arts de Nancy.
Lien vers Parution de la publication électronique, novembre 2018

La photographie et la radiographie sont utilisées pour la compréhension des œuvres depuis l’ouver­ ture en 1931 du laboratoire du musée du Louvre, dédié à la conservation et la restauration du patri­ moine. Si les grands principes de l’époque restent utilisés aujourd’hui, les progrès des sources de lumière, des capteurs et de l’informatique graphi­ que ont permis de développer considérablement les analyses optiques sans contact avec les œuvres d’art, pour enregistrer la surface, la forme ou l’intérieur des objets.

Le principe général de l’imagerie est d’envoyer un rayonnement électromagnétique (lumière visible, UV, IR, rayons X…) sur un objet et d’en­ registrer ce rayonnement modifié par son interaction avec la matière de l’objet. Cet enre­ gistrement se fait simultanément en plusieurs points de l’objet via des capteurs couvrant tout ou partie de la surface de l’objet. On obtient une image, ou un tableau de mesures, qui représente visuellement le rayonnement enregistré.

D’un point de vue des informations utiles à la conservation des œuvres, l’imagerie est utilisée pour deux raisons principales : le constat d’état et l’analyse des matériaux.

– En premier lieu, ces images permettent de faire un constat d’état d’une œuvre à un instant donné, c’est­à­dire un enregistrement précis des couleurs, surfaces et volumes d’une œuvre, complétant ainsi le traditionnel constat d’état visuel et la description par des mots.

– La deuxième fonction des images scientifi­ ques est l’analyse des constituants de l’œuvre, c’est­ à ­dire la détection des matériaux constitutifs. En effet, certains matériaux réagissent de façon spécifique sous certaines radiations (absorbent ou réfléchissent des longueurs d’ondes particulières), ce qui permet de les repérer et de les identifier.

Toutes ces captures optiques (photographie, radiographie, numérisation 3D) s’effectuent sans contact avec les objets et sont donc sans danger pour les œuvres. De ce fait, ces techniques sont utilisées en priorité pour l’étude des objets patrimoniaux.

Cet article décrit plus en détail les principales techniques d’imagerie actuelles et leurs appli­cations pour la conservation des œuvres d’art.

Télécharger l’article : JDN_01_Boust_interactif_006-016

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Clotilde Boust (14 janvier 2022). article : Imagerie scientifique pour la conservation et la restauration du patrimoine. Scientific imaging for cultural heritage / Images scientifiques pour le patrimoine. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/n4lv