Archives de catégorie : Billets

CHANGE EU project

CHANGE project is an ITN founded by Europe H2020

Several PhD call are available here : http://change-itn.eu/vacancies/

The combination of new technologies and the integration of conventional investigation tools currently used by CH experts (archaeologists, architects, curators, conservation scientists, conservators, art historians) and associated specialists (archaeometers, geomorphologists, etc.) allows us to anticipate the emergence of a new generation of multi-skilled experts specialized in the study and monitoring of changes on CH objects. CHANGE will respond to this urgent need. The main scientific objective of CHANGE is to develop a methodology to assess and monitor any change to which CH artifacts are faced during their exposure to the atmosphere and their conservation treatments. It requires a multi scale and multi modal approach in both acquisition and processing of data collected and harmonization and unification of processing protocols.

These objectives will be reached through the research projects carried out by each Early Stage Researchers (ESR), collaborative work between the ESRs and between them and the beneficiaries/partners. ESRs with different scientific backgrounds relevant to CHANGE will be selected and will be trained to bridge their existing knowledge and the one to gain all along the research programme. In a nutshell, the most innovative aspect of CHANGE is to study change issues on CH artifacts by integrating the expertise of CH experts to a multi modal approach applicable at a variety of scales.

Specific Objectives

  • Development of multi-scale acquisition systems for geometric change capture (3D) of CH assets.
  • Development of multimodal acquisition systems for appearance change capture of CH assets.
  • Integration of multimodal and multiscale acquisition systems for change capture (3D and appearance) of CH assets.
  • Development of dedicated methods for change visualisation of CH assets from multiscale and multimodal data.
  • Development of computational methods for change detection, quantification and characterization of CH assets from multimodal and multiscale data.
  • Design of repeatable and contextualised strategies of digitization.
  • Development of acquisition strategies for change monitoring of CH assets.
  • Application to the change monitoring during alteration processes of CH assets.
  • Application to the change monitoring during conservation interventions of CH assets.
  • Interpretation and evaluation of collected data on CH assets.
  • Archiving of CH data after upgrading them with semantic metadata useful for preservation activities.

Color checker passeport photo

Vous n’êtes pas photographe et vous voulez calibrer vos images en couleur, dans l’idée par exemple d’avoir des images comparables entre elle lors d’un protocole de restauration.

Alors je vous conseille vivement d’acquérir une charte colorchecker passeport photo pour une centaine d’euros et d’utiliser les logiciels de calibrages qui sont fournis avec ( et je ne suis pas sponsorisée pour dire cela 🙂 ).

Cet outil est simple et assez performant, il permet de caler vos couleurs, si ce n’est parfaitement sur la réalité spectrocolorimétrique, du moins de façon répétable entre deux prises de vues. Vous pouvez télécharger des explications des principes en suivant ce lien (en anglais):

User Manual – X-Rite

Les valeurs colorimétriques fournies par X-Rites sont ici:

https://xritephoto.com/ph_product_overview.aspx?ID=820&Action=support&SupportID=5159

Elle ne sont pas très récentes, je vais remesurer tout ça bientôt.

Thèse de Marine Page

Marine Page

LNE-Cnam, C2RMF, Océ PLT
soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés

Création d’objets mats : optimisation d’un procédé d’impression en relief en termes d’apparence

le mercredi 19 décembre 2018 à 9h30
Conservatoire National des Arts et Métiers, 292 rue Saint-Martin, 75003 Paris, Amphithéâtre Fabry-Pérot

devant un jury composé de :
Madame Annick Razet (Pr., Cnam) Directrice de thèse
Madame Anne Blayo (Dr., INP Pagora) Rapporteur
Monsieur Lionel Simonot (Dr., Université de Poitiers) Rapporteur
Monsieur Marc Himbert (Pr., Cnam) Examinateur
Madame Christine Andraud (Pr., MNHN) Examinatrice
Monsieur Frédéric Du Burck (Pr., Université Paris XIII) Examinateur
Madame Clotilde Boust (Dr., C2RMF) Co-encadrante
Madame Maria Ortiz (Dr., Océ PLT) Co-encadrante
Monsieur François Bridey (Conservateur, Musée du Louvre) Invité
Monsieur Gaël Obein (Dr., Cnam) Co-encadrant, invité

Résumé :
L’impression 2.5D est une technologie à mi-chemin entre l’impression couleur traditionnelle, à laquelle elle emprunte son procédé et la qualité de reproduction des couleurs, et
l’impression 3D qui crée des reliefs et des formes. Par ses qualités visuelles, elle pourrait permettre la reproduction réaliste de multiples surfaces, mais un frein s’oppose à cette
perspective : les encres brillent. En modulant la rugosité des surfaces imprimées à l’échelle du micromètre, en fréquence et en
amplitude, nous avons réussi à réduire et contrôler le brillant des encres. Des stratégies d’impression différentes ont été proposées et étudiées pour diminuer l’effet scintillant et permettre l’impression d’une couche couleur mate : la création d’un espace à cinq dimensions dans lequel le brillant et la couleur sont modélisés aboutit à l’uniformisation des niveaux de
brillant colorés. Les protocoles d’impression développés ont ensuite été appliqués à des cas concrets issus de la conservation – restauration du patrimoine. Plusieurs exemples distincts sont présentés, qui abordent un point particulier sur lequel l’impression 2.5D est pertinente: comblement de lacune, création de répliques réalistes, intérêt de l’aspect visuel mat pour la lisibilité des œuvres.


Abstract:
2.5D printing is between traditional color printing, for the process and its visual quality, and 3D printing, which makes forms and reliefs by ink superposition. Because of its properties, 2.5D printing could allow the realistic reproduction of objects and surfaces, but inks are too glossy.
To reduce and control this glossy aspect of inks, we modulate the roughness of the printed layers, at the micro-scale, both in frequency and amplitude. Influence of parameters was
measured, and different strategies were suggested to reduce sparkle and to allow the creation of matte colored layers: by constituting a 5D space where gloss and color are modeled, we
can make gloss level of colored surfaces uniform.
Several case studies form the Conservation of Cultural Heritage were considered, where 2.5D printing could help the curator, the conservator or the archivist. We studied in particular the
issues of the the gap filling on an archaeological object, the realistic reproduction of surfaces, and the creation of matte objects for readability.

3D SURFACE ACQUISITION: COMPARISON OF TWO MICROTOPOGRAPHIC EQUIPMENTS WHEN MEASURING MATERIALS OF CULTURAL HERITAGE

Article de la thèse de Marine Page, publié à la conférence 4th CIE Expert Symposium on Colour and Visual Appearance, Prague 2016 (http://www.cie.co.at/publications/proceedings-4th-cie-expert-symposium-colour-and-visual-appearance-6-7-september-2016)

Page, M.J. (1,2,3) , Boust, C. (2) , Mélard, N. (2) , Robcis, D. (2) , Obein, G. (3)
1) Océ Print Logic Technologies, Créteil, FRANCE
2) Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France, Paris, FRANCE
3) Conservatoire National des Arts et Métiers, Saint-Denis, FRANCE

roughness measures with Hirox microscope

Abstract
Surfaces of materials from cultural heritage are exceptionally varied as patina, varnish, wear or scratches are added intentionally or with time to the base material, whether it is wood, marble, stucco, or brass. Measuring their texture provides a lot of information to curators but it constitutes a challenging task for the engineer. The present study focuses on the question of texture acquisition by means of two optical micro-topographic instruments. As those
instruments deeply differ in their working principle, it is necessary to check if results are comparable in terms of roughness. Moreover, in order to define the space of materials they are able to record, the study highlighted how the global appearance of an object interferes
with the measurement of its surface relief, because of the design of the utilized instruments.


Keywords: Optical metrology, 3D, Appearance, Roughness, Cultural heritage, Scientific techniques in conservation and restoration


Appearance Reproduction for Cultural Heritage Applications: from Surface Acquisition to Realistic 2.5D Printing

Article de la thèse de Marine Page, publié à Electronic Imaging 2017 (http://www.imaging.org/site/IST/IST/Conferences/EI/Symposium_Overview.aspx)

M. Page 1,2,3 , C. Boust 1 , G. Obein 3 , M. Ortiz 2 , A. Razet 3

1 Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France
2 Océ Print Logic Technologies
3 Conservatoire National des Arts et Métiers

Abstract
2.5D printing is a technology which creates surface relief by
superimposing successive layers of inks. The question of the
characterization of heights obtained with this technique brings us
to consider new metrics and mathematical ways to represent the
influence of diverse printing parameters on the obtained relief,
possibly used to compensate the defaults of the system.
Our method takes over the classical Modulation Transfer
Function (MTF) approach and adapts it to a vertical modulation
instead of considering the (x, y) plane, introducing then a Height
Modulation Transfer Function (HMTF). Characterization charts
are composed of lines patterns printed at different heights,
frequencies and droplet levels. Prints are scanned with a
chromatic confocal sensor and resulting topographies are
analyzed to extract the HMTF. By analogy with traditional MTF
methods, results – consisting of the measurement of the deviation
between the digital input and the analog output – allow to evaluate
the quality of our printer and to compensate it by setting up a
retro-action loop.
The method, here presented in the case of the 2.5D printing
prototype, can be extended to regular 3D printing techniques.

Projet “Centenaire Louis Ducos du Hauron -LDDH”

Louis Ducos du Hauron (Langon 1837- Agen 1920) peut être considéré comme le précurseur des procédés modernes de photographie couleur.
L’inventeur des premières épreuves photographiques en couleur, obtenues avec la technique du tirage pigmentaire à transfert (charbon trichrome), n’est encore connu que de passionnés d’histoire de la photographie du XIXème. Ses autres procédés – pourtant majeurs dans l’histoire des sciences et techniques de l’image – ne le sont pas davantage. Ce sont la diversité des procédés, la grande complexité de fabrication de ses images, leur caractère expérimental et très innovant pour l’époque, qui ont limité les travaux sur ces œuvres et maintenu Ducos du Hauron dans l’ombre jusqu’à aujourd’hui.

En 2016, afin de préparer les célébrations du centenaire de la disparition de cet inventeur, est né le projet “Centenaire Ducos”. Le besoin était manifeste de comprendre les différentes techniques photographiques de cet inventeur et de mieux appréhender les fonds photographiques des collections Françaises.

Le projet “Centenaire Louis Ducos du Hauron” a ainsi été initié par:

  • le Centre de Recherche et de Restauration des musées de France -C2RMF : Natalie Coural (conservatrice, spécialité arts graphiques, département restauration) et Clotilde Boust (chercheur culture, responsable de l’imagerie, dpt Recherche & UMR CNRS PCMTH);
  • l’École Nationale Supérieure Louis Lumière -ENSLL : Jean-Paul Gandolfo (professeur, spécialité procédés anciens);
  • le Musée d’Orsay : Thomas Galifot (conservateur, spécialité photographie)

Ce projet a pour objectif de développer une méthodologie non invasive d’identification des différentes techniques d’épreuves de Louis Ducos du Hauron. Les intérêts sont de mieux connaître ces œuvres, de les situer dans le processus créatif de l’auteur et de l’époque, puis de les conserver dans des conditions optimales et enfin de les valoriser.

Le projet a ainsi fédéré plusieurs institutions et partenaires :

  • les archives de l’Académie des sciences;
  • le Musée Niépce de Chalon sur Saône;
  • le Musée des Beaux-Arts d’Agen;
  • le Musée de Chantilly;
  • Françoise Ploye, restauratrice de photographies;
  • Joël PetitJean, historien de Ducos du Hauron;
  • Kevin Théard, Maël Voyer, Anne Wogelmuth, étudiants ENSLL.

Un corpus important de 27 épreuves a été prêté pour étude par les partenaires du projet. Grâce aux techniques d’imagerie scientifique sous ultraviolet et infrarouge et à des analyses élémentaires sans contact, certaines techniques d’épreuves de Louis Ducos du Hauron ont été identifiées et replacées dans l’historique de l’auteur grâce aux sources écrites disponibles. De plus, ont été identifiés une majorité des pigments et colorants des épreuves : bleu de Prusse, jaune de Chrome, rouge carmin et laque de garance alizarine [Boust 2017].

En parallèle des analyses non destructives, certaines images du corpus du projet « Centenaire Ducos » présentant un état fragmentaire, la piste des analyses chimiques par prélèvement a été explorée. Des analyses en chromatographie au C2RMF puis à l’ESRF de Grenoble en micro imagerie infrarouge à transformée de Fourier et en fluorescence X sur source synchrotron ont ainsi été menées sur quatre épreuves. Les résultats obtenus permettent de mieux connaître le nombre et la composition
des différentes couches de gélatines pigmentées, et de les faire correspondre avec les formulations publiées par Ducos du Hauron aux mêmes dates [Cotte 2018].

À la suite de la publication de ces premiers résultats, une couverture médiatique presse et radio montre l’intérêt grandissant des publics pour le patrimoine photographique français :Mathieu Vidard, La tête au carré, France Inter, mercredi 28 mars 2018, Nathaniel Herzberg, « Les premières photographies couleur révèlent leurs secrets », Le Monde science et médecine du 26 mars 2018, CNRS Journal : https://lejournal.cnrs.fr/articles/ainsi-naquit-la-photographie-couleur.

Éléments de bibliographie:

  • Louis Ducos du Hauron, « Les Couleurs en Photographie, solution du problème », A. Marion, Paris, 1869
  • G. Potonniée, « Biographie de Louis Ducos du Hauron », Bulletin de la Société française dephotographie, p 149-163., 1914
  • Jean-Louis Berger, « Louis Ducos du Hauron (1837-1920) et les débuts de la photographie couleur de 1869 à 1879 », Maîtrise de Sciences et Techniques, image photographique, sous la direction
    d’André Rouillé, université Paris VIII, année 1991-92.
  • Clotilde Boust et Anne Wohlgemuth, Rapports d’étude du C2RMF, des épreuves de Louis DUCOS du Hauron du Musées d’Orsay (n°36660), de l’Académie des sciences (n°36661), du Musée d’Agen (n°36658), du Musée Nicéphore Niépce (n°36659), 2017
  • Marine Cotte, Tiphaine Fabris, Juliette Langlois, Ludovic Bellot-Gurlet, Françoise Ploye, Natalie Coural, Clotilde Boust, Jean-Paul Gandolfo, Thomas Galifot, and Jean Susini, “Rediscovering Ducos du Hauron’s Color Photography through a Review of His Three-Color Printing Processes and Synchrotron Microanalysis of His Prints”, Angewandte Chemie, Willey, 20 mars 2018




Bonne continuation Jérôme!

Jérôme Rumolo, étudiant en optronique à PolyTech Paris-Sud termine ses trois ans d’apprentissage au groupe imagerie du C2RMF cette semaine.

Ce fut un plaisir de lui montrer notre travail, de profiter de sa bonne humeur et enfin de ses compétences. Il a travaillé chez nous à l’amélioration de la tomographie RX et à la reconnaissance des pigments par imagerie (Logiciel Pigmalab).

Nous lui souhaitons une bonne continuation ( chez l’Oréal… 🙂 )!

Portrait de Jérôme Rumolo à la chambre, image Philippe Salinson, C2RMF, Octobre 2018
http://www.polytech.u-psud.fr/fr/formations/photonique-systemes-optroniques.html

Radiographie des objets d’art

La radiographie est présente au centre depuis ses débuts et son utilité dans la connaissance des œuvres n’est plus à démontrer. Elle est aujourd’hui utilisée pour comprendre la structure des peintures et des objets, grâce à plusieurs générateurs de puissances différentes, avec des détecteurs argentique ou numérique.

Bien que les conditions de mise en œuvre soient connues depuis longtemps, il reste toujours un travail important à faire sur les paramètres optimaux à appliquer en fonction des matériaux très variés du patrimoine et en particulier lors de leur présence mixte (bois, toiles, pigments, plâtre, fonte, plâtre, ivoire, verres…).

Le futur de la radiographie des objets du patrimoine se situe dans l’augmentation de la définition de capture (microfoyer) mais surtout dans les techniques de reconstruction en 3D des images radiographiques sous plusieurs angles (tomographie).

Radiographie des peintures :
– repentir de composition,
– indice de conservation du support,
– changement de support, de formats…

Radiographie des objets
– support technique à la restauration,
– connaissance du procédé de fabrication,
– interprétation du geste et de la technique de l’artiste…

Pour en savoir plus :

– “Radiography in modern industry”, fourth edition, Eastman Kodak company, 1980 – PDF : Radiography-in-Modern-Industry

– “La radiographie des peintures de chevalet”, Elisabeth Martin et Elisabeth Ravaud, Techné n°2, 1995

– “La radiographie des objets d’art”, Thierry Borel, Techné n°2, 1995
imagerie-techne-radio.pdf

 

 

Pigment image database under UV and IR radiations -part 2 : raw materials

C2RMF COPA project
Kremer raw  material samples :
– image in visible domain
– image in false color infrared with IR reflexion (750-1000nm)
– image in false color ultraviolet with UV reflexion (360-400 nm)
– image of fluorescence under UV (365 nm) to visible(380-780 nm)
– Box 1 : samples from Kremer number 1000 to 1100
– Box 2 : samples from 11100 to 12010

download pdf COPA_C2RMF_BOXKREMER_1ti

Cite this article as: Clotilde Boust, "Pigment image database under UV and IR radiations -part 2 : raw materials," in Scientific imaging for cultural heritage / Images scientifiques pour le patrimoine, ISSN 2609-780X, 13/09/2017, https://copa.hypotheses.org/620.

Détection du Pigment bleu égyptien par photographie infra-rouge

La fluorescence du visible vers l’infra-rouge, est une technique qui permet de mettre en évidence les pigments : bleu de Han et violet de Han, ainsi que le bleu Egyptien.   C’est en réalité un de leur composant : la cuprorivaïte (CaCuSi4O10), qui a la particularité de réémettre dans l’infrarouge (910 nm)  lorsqu’elle est éclairée en rouge (610 nm).

Technique :

Cette fluorescence n’est pas visible à l’œil, pour ce faire, nous captons le résultat en infra-rouge, grâce à un appareil photo dé-filtré sensible dans l’infra-rouge et utilisé avec un filtre anti-visible (https://copa.hypotheses.org/361).
Le mode vidéo des appareils photos actuels est très pratique car il permet une vision instantané de la présence ou non des pigments.
La lampe LED émettant à 610 nm a été achetée dans un magasin de son et lumière de spectacle.

prise de vue

ledroug
LED rouge

Exemples
Nous nous intéresserons, dans nos exemples qu’au pigment bleu Egyptien.
Comme nous pouvons le voir sur ce détail, nous détectons bien mieux  le bleu Egyptien en fluorescence IR (photo de droite) qu’en visible (photo de gauche).

Détail de fluorescence infrarouge d’une statuette en terre cuite du musée du Louvre

Cette technique est très puissante car même s’il reste d’infimes particules de pigment, invisibles à l’œil, elles auront la particularité d’émettre une fluorescence.

Détail, cercueil a fond jaune, musée du Louvre

Dans cet exemple nous pouvons voir que le manque de pigment bleu Egyptien dans la partie basse est du à une restauration.

 

Sur des cercueils égyptien le résultat est toujours aussi magnifique!

Détail, cercueil a fond jaune, musée du Louvre

Détail de cercueil à fond jaune, Musée du Louvre

Pour en savoir plus sur le bleu Egyptien :
Verri, Giovanni “The spatially resolved characterization of Egyptian blue, Han blue and Han purple by photo-induced luminescence digital imaging.” Analytical and bioanalytical chemistry 394, no. 4 (June 2009):1011-1021. doi: 10.1007/s00216-009-2693-0.
– Dossier CNRS web de Sandrine Pagès-Camagna sur Les secrets des pigments bleus et verts Egyptiens.

Le graffiti révélé : Exploration virtuelle du château de Selles de Cambrai

La recherche au service du grand public

L’objectif principal du projet est de créer un outil numérique performant mettant en valeur un monument cambrésien édifié au XIIIe siècle et récemment fermé au public, le château de Selles (propriété de la Ville de Cambrai et classé au titre des monuments historiques en 1981). Il s’agit de proposer une reconstitution intérieure et extérieure de ce château, unique témoin du passé médiéval de la ville constituant un des plus grands ensembles de  graffiti et gravures pariétales connus en Europe, en images de synthèses 3D, avec un rendu photo-réaliste afin d’offrir au public une exploration virtuelle du bâtiment. Cet outil numérique est également le moyen d’intégrer une représentation synthétique d’informations dispersées dans de nombreuses sources et d’offrir un espace de visualisation des informations et des données produites par les archéologues du SRA, Nord-Pas-de-Calais (Service régional de l’Archéologie – DRAC), dans le cadre de leurs recherches programmées et financées par le Ministère de la Culture.

Numérisation 3D sur le terrain : le scanner à projections de frange permet d'enreristrer les murs gravés à l'échelle inframillémétrique (Photo : DRAC-Hauts-de-France, Service Régional de l'archéologie)

moulin121012015topofinie

Numérisation 3D sur le terrain : le scanner à projections de frange permet d’enreristrer les murs gravés à l’échelle inframillémétrique (Photo : DRAC-Hauts-de-France, Service Régional de l’archéologie)

 

 

https://scv.hypotheses.org/projets/projets-de-laxe-1/le-graffiti-revele-exploration-virtuelle-du-chateau-de-selles-de-cambrai

 

Auteurs:

Virginie Motte, DRAC-SRA
Nicolas Mélard, C2RMF
Thomas Byhet, DRAC-SRA
Guillemette Lagarde, Ville de Cambrai – Service Ville d’art et d’histoire
Alice Cornier, Ville de Cambrai – Musée des Beaux Arts
Florence Albaret, Ville de Cambrai – Service Ville d’art et d’histoire
Jean-Paul Deremble,Université de Lille Sciences Humaines et Sociales – IRHiS
Audrey Ségard,Université de Lille Sciences Humaines et Sociales – IRHiS / Ville de Cambrai – Musée des Beaux Arts
Laura Louvrier, Université de Lille Sciences Humaines et Sociales  – IRHiS
Emilie Avondino,  Association Espace Doctorants
Mauraine Carlier,  Association Espace Doctorants
Maxime Huet, Voxcell
Antoine Saison, Voxcell

 

Du calque à la microtopographie – Historique de l’étude de l’art gravé à travers le site de La Marche

 L’étude de gravures sur plaquettes a, dés le début, posé des  problèmes variés. Les superpositions de plusieurs figuration, le mélange entre diverses traces et l’état de conservation rendent le déchiffrement et l’analyse très délicat. A travers le temps différentes techniques d’analyse adaptées à cette problématique ont émergés. Elles permettent ainsi des études de plus en plus fines des gravures. L’application de l’étude microtopographique par microrugosimètre à l’étude des plaquettes  gravées de La Marche montre l’intérêt que peut avoir une utilisation ciblée de ce moyen pour l’analyse stylistique, technologique et fonctionnelle de la gravure sur pierre.Les relevés microtopographiques nous livrent de nouveau éléments qui contribuent considérablement à la compréhension des gravures et des autres traces et ainsi à l’interprétation de cet art et son contexte dans le site.

figure-5-humainiii-rt-plaquette

Image 2,5d d’une plaquette gravée obtenue par Microrugosimètre (pas x/y 10um), travaux: Jean Airvaux et Nicolas Mélard (2001)

 

figure-6-humainiii-visu-article

Postraitement et analyse des données 2,5d. Extraction de profils, mesures, schémas en bloc maillé,  travaux:  Nicolas Mélard (2001)

Mélard, N. “Du calque à la microtopographie – Historique de l’étude de l’art gravé à travers le site de La
Marche.” In Actes du colloque du centenaire de la BSPF. Septembre 2004 (in press). Avignon

 

to the PDF: melard-article-05122011163914

Surface scanning – New Perspectives for Archaeological Data Management and Methodology?

Documentation and publication of palaeolithic objects such as lithic artefacts, bone tools or mobile art is done since
decades mainly by drawings. These drawings are an indispensable part of scientific research and methodology.
Teaching drawing techniques is even integrated into the educational program at university level. Although creating a
drawing is very time consuming and requires training, until now it has not been replaced by photography. Taking a
picture of a palaeolithic object is obviously even more difficult than to make a drawing. To visualize all scientific
relevant features of an object in just one shot is not possible. The cost/performance ratio for drawings is therefore better
than for photography. Photos are used mainly to present objects to a broad public. Within the scientific community
drawings are the most frequent medium of information transfer.
Surface scanning of palaeolithic objects has the potential to substitute drawings as medium for scientific information
transfer. Polygon meshes are of high scientific value because they allow an objective record of the object and its digital
measuring. Once recorded, the digital data file can be transferred via internet and allows direct access to objects.
Prehistoric archaeology will have to adapt to this new recording technology and in the future data bases like NESPOS
which allow world wide access.
Key words: surface scanning, archaeological data management, documentation of palaeolithic artefacts, NESPOS

 

 

 

manuscript-caa2009-surface-scanning-final1-1