Archives de catégorie : Billets

Pigment image database under UV and IR radiations -part 2 : raw materials

C2RMF COPA project
Kremer raw  material samples :
– image in visible domain
– image in false color infrared with IR reflexion (750-1000nm)
– image in false color ultraviolet with UV reflexion (360-400 nm)
– image of fluorescence under UV (365 nm) to visible(380-780 nm)
– Box 1 : samples from Kremer number 1000 to 1100
– Box 2 : samples from 11100 to 12010

download pdf COPA_C2RMF_BOXKREMER_1ti

Détection du Pigment bleu égyptien par photographie infra-rouge

La fluorescence du visible vers l’infra-rouge, est une technique qui permet de mettre en évidence les pigments : bleu de Han et violet de Han, ainsi que le bleu Egyptien.   C’est en réalité un de leur composant : la cuprorivaïte (CaCuSi4O10), qui a la particularité de réémettre dans l’infrarouge (910 nm)  lorsqu’elle est éclairée en rouge (610 nm).

Technique :

Cette fluorescence n’est pas visible à l’œil, pour ce faire, nous captons le résultat en infra-rouge, grâce à un appareil photo dé-filtré sensible dans l’infra-rouge et utilisé avec un filtre anti-visible (https://copa.hypotheses.org/361).
Le mode vidéo des appareils photos actuels est très pratique car il permet une vision instantané de la présence ou non des pigments.
La lampe LED émettant à 610 nm a été achetée dans un magasin de son et lumière de spectacle.

prise de vue
ledroug
LED rouge

Exemples
Nous nous intéresserons, dans nos exemples qu’au pigment bleu Egyptien.
Comme nous pouvons le voir sur ce détail, nous détectons bien mieux  le bleu Egyptien en fluorescence IR (photo de droite) qu’en visible (photo de gauche).

Détail de fluorescence infrarouge d’une statuette en terre cuite du musée du Louvre

Cette technique est très puissante car même s’il reste d’infimes particules de pigment, invisibles à l’œil, elles auront la particularité d’émettre une fluorescence.

Détail, cercueil a fond jaune, musée du Louvre

Dans cet exemple nous pouvons voir que le manque de pigment bleu Egyptien dans la partie basse est du à une restauration.

 

Sur des cercueils égyptien le résultat est toujours aussi magnifique!

Détail, cercueil a fond jaune, musée du Louvre

Détail de cercueil à fond jaune, Musée du Louvre

Pour en savoir plus sur le bleu Egyptien :
Verri, Giovanni “The spatially resolved characterization of Egyptian blue, Han blue and Han purple by photo-induced luminescence digital imaging.” Analytical and bioanalytical chemistry 394, no. 4 (June 2009):1011-1021. doi: 10.1007/s00216-009-2693-0.
– Dossier CNRS web de Sandrine Pagès-Camagna sur Les secrets des pigments bleus et verts Egyptiens.

Le graffiti révélé : Exploration virtuelle du château de Selles de Cambrai

La recherche au service du grand public

L’objectif principal du projet est de créer un outil numérique performant mettant en valeur un monument cambrésien édifié au XIIIe siècle et récemment fermé au public, le château de Selles (propriété de la Ville de Cambrai et classé au titre des monuments historiques en 1981). Il s’agit de proposer une reconstitution intérieure et extérieure de ce château, unique témoin du passé médiéval de la ville constituant un des plus grands ensembles de  graffiti et gravures pariétales connus en Europe, en images de synthèses 3D, avec un rendu photo-réaliste afin d’offrir au public une exploration virtuelle du bâtiment. Cet outil numérique est également le moyen d’intégrer une représentation synthétique d’informations dispersées dans de nombreuses sources et d’offrir un espace de visualisation des informations et des données produites par les archéologues du SRA, Nord-Pas-de-Calais (Service régional de l’Archéologie – DRAC), dans le cadre de leurs recherches programmées et financées par le Ministère de la Culture.

Numérisation 3D sur le terrain : le scanner à projections de frange permet d'enreristrer les murs gravés à l'échelle inframillémétrique (Photo : DRAC-Hauts-de-France, Service Régional de l'archéologie)

moulin121012015topofinie

Numérisation 3D sur le terrain : le scanner à projections de frange permet d’enreristrer les murs gravés à l’échelle inframillémétrique (Photo : DRAC-Hauts-de-France, Service Régional de l’archéologie)

 

 

https://scv.hypotheses.org/projets/projets-de-laxe-1/le-graffiti-revele-exploration-virtuelle-du-chateau-de-selles-de-cambrai

 

Auteurs:

Virginie Motte, DRAC-SRA
Nicolas Mélard, C2RMF
Thomas Byhet, DRAC-SRA
Guillemette Lagarde, Ville de Cambrai – Service Ville d’art et d’histoire
Alice Cornier, Ville de Cambrai – Musée des Beaux Arts
Florence Albaret, Ville de Cambrai – Service Ville d’art et d’histoire
Jean-Paul Deremble,Université de Lille Sciences Humaines et Sociales – IRHiS
Audrey Ségard,Université de Lille Sciences Humaines et Sociales – IRHiS / Ville de Cambrai – Musée des Beaux Arts
Laura Louvrier, Université de Lille Sciences Humaines et Sociales  – IRHiS
Emilie Avondino,  Association Espace Doctorants
Mauraine Carlier,  Association Espace Doctorants
Maxime Huet, Voxcell
Antoine Saison, Voxcell

 

Du calque à la microtopographie – Historique de l’étude de l’art gravé à travers le site de La Marche

 L’étude de gravures sur plaquettes a, dés le début, posé des  problèmes variés. Les superpositions de plusieurs figuration, le mélange entre diverses traces et l’état de conservation rendent le déchiffrement et l’analyse très délicat. A travers le temps différentes techniques d’analyse adaptées à cette problématique ont émergés. Elles permettent ainsi des études de plus en plus fines des gravures. L’application de l’étude microtopographique par microrugosimètre à l’étude des plaquettes  gravées de La Marche montre l’intérêt que peut avoir une utilisation ciblée de ce moyen pour l’analyse stylistique, technologique et fonctionnelle de la gravure sur pierre.Les relevés microtopographiques nous livrent de nouveau éléments qui contribuent considérablement à la compréhension des gravures et des autres traces et ainsi à l’interprétation de cet art et son contexte dans le site.

figure-5-humainiii-rt-plaquette

Image 2,5d d’une plaquette gravée obtenue par Microrugosimètre (pas x/y 10um), travaux: Jean Airvaux et Nicolas Mélard (2001)

 

figure-6-humainiii-visu-article

Postraitement et analyse des données 2,5d. Extraction de profils, mesures, schémas en bloc maillé,  travaux:  Nicolas Mélard (2001)

Mélard, N. “Du calque à la microtopographie – Historique de l’étude de l’art gravé à travers le site de La
Marche.” In Actes du colloque du centenaire de la BSPF. Septembre 2004 (in press). Avignon

 

to the PDF: melard-article-05122011163914

Surface scanning – New Perspectives for Archaeological Data Management and Methodology?

Documentation and publication of palaeolithic objects such as lithic artefacts, bone tools or mobile art is done since
decades mainly by drawings. These drawings are an indispensable part of scientific research and methodology.
Teaching drawing techniques is even integrated into the educational program at university level. Although creating a
drawing is very time consuming and requires training, until now it has not been replaced by photography. Taking a
picture of a palaeolithic object is obviously even more difficult than to make a drawing. To visualize all scientific
relevant features of an object in just one shot is not possible. The cost/performance ratio for drawings is therefore better
than for photography. Photos are used mainly to present objects to a broad public. Within the scientific community
drawings are the most frequent medium of information transfer.
Surface scanning of palaeolithic objects has the potential to substitute drawings as medium for scientific information
transfer. Polygon meshes are of high scientific value because they allow an objective record of the object and its digital
measuring. Once recorded, the digital data file can be transferred via internet and allows direct access to objects.
Prehistoric archaeology will have to adapt to this new recording technology and in the future data bases like NESPOS
which allow world wide access.
Key words: surface scanning, archaeological data management, documentation of palaeolithic artefacts, NESPOS

 

 

 

manuscript-caa2009-surface-scanning-final1-1