Archives de catégorie : OBJECT STUDY

article : Le guerrier de Saint-Maur (Oise). À la redécouverte d’une œuvre majeure de l’art gaulois

TECHNE    https://journals.openedition.org/techne/1363

La figure de guerrier en tôle chaudronnée de Saint-Maur est l’un des rares exemples de sculpture anthropomorphe attribuable à la fin de l’époque gauloise ou au début de l’époque gallo-romaine. À l’occasion de sa restauration en 2016, de nouvelles observations et analyses (spectrométrie de fluorescence X, microscopie numérique 3D, scanner 3D) ont été menées par une équipe pluridisciplinaire. Elles ont apporté des résultats inédits sur les matériaux et les techniques mises en œuvre pour la réalisation et l’assemblage des différentes pièces composant la figure du guerrier, ainsi que pour la caractérisation de ses attributs. Elles ont également permis de restituer les traitements rituels subis par l’œuvre avant son enfouissement et d’affiner sa datation.

Lettre en or du roi du siam à napoleon 3

Le C2RMF a étudié la lettre en or conservée au  Ministère des Affaires étrangères, envoyée à Napoléon 3  par le roi du SIAM. Elle a été présentée à l’exposition « L’Art de la Paix, secrets et trésors de la diplomatie » présentée au Petit Palais du 18 octobre 2016 au 15 janvier 2017. 

Les photographies macro ont permis de traduire la lettre de la langue Siam au Français. La numérisation 3D a permis de faire usiner un socle pour pouvoir la présenter et la déplacer. L’analyse élémentaire a révélé sa composition. Toutes ces analyses sont sans contact.

Images C2RMF et MAF

 

  • La restauration de la lettre d’or en images  : diffusion du film réalisé par le pôle Audiovisuel du ministère des Affaires étrangères.
    Isabelle Nathan, conservateur général du patrimoine aux Archives diplomatiques des ministères des affaires étrangères, nous fait le récit de ce document exceptionnel.
    Olivier Lagarde, restaurateur d’oeuvres d’art, fut chargé de rendre son éclat et sa lisibilité à cette pièce conservée aux archives du ministère des affaires étrangères.

 

Images de Notre-Dame

« Le vaste chantier de restauration de Notre-Dame de Paris s’accompagne d’un projet scientifique tout aussi ambitieux. Au cœur de ces travaux : un chantier numérique de grande ampleur pour créer un double numérique de la cathédrale permettant de centraliser toutes les données scientifiques liées au monument. Le chantier scientifique Notre-Dame CNRS / Ministère de la Culture est développé en collaboration avec l’Établissement Public Notre-Dame de Paris. »

Avec la participation active du C2RMF/Ministère de la Culture avec à l’imagerie Alexis Komenda, Philippe Salinson, Laurence Clivet et Anne Maigret. Bravo, ce n’est pas une mission facile!

Le site du Ministère de la Culture  consacré à Notre-Dame :  https://notre-dame-de-paris.culture.gouv.fr/

Séminaire C2RMF 29/11 : Integration of spectral and XRF images for Louvre Iranian manuscript pigment study 

Le prochain séminaire du C2RMF aura lieu le vendredi 29 novembre 2019 à 11h dans l’amphithéâtre Palissy.

Laurence Clivet, Claudia Colantonio et Marcello Melis présenteront une intervention intitulée : « Integration of spectral and XRF images for Louvre Iranian manuscript pigment study ».

Séminaire C2RMF 29_11

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site du C2RMF : http://c2rmf.fr/diffuser/seminaires

Profilocolore screen capture
Profilocolore screen capture of spectral study

SOUTENANCE DE THESE M.PAGE

Marine Page

LNE-Cnam, C2RMF, Océ PLT
soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés

Création d’objets mats : optimisation d’un procédé d’impression en relief en termes d’apparence

le mercredi 19 décembre 2018 à 9h30
Conservatoire National des Arts et Métiers, 292 rue Saint-Martin, 75003 Paris, Amphithéâtre Fabry-Pérot

devant un jury composé de :
Madame Annick Razet (Pr., Cnam) Directrice de thèse
Madame Anne Blayo (Dr., INP Pagora) Rapporteur
Monsieur Lionel Simonot (Dr., Université de Poitiers) Rapporteur
Monsieur Marc Himbert (Pr., Cnam) Examinateur
Madame Christine Andraud (Pr., MNHN) Examinatrice
Monsieur Frédéric Du Burck (Pr., Université Paris XIII) Examinateur
Madame Clotilde Boust (Dr., C2RMF) Co-encadrante
Madame Maria Ortiz (Dr., Océ PLT) Co-encadrante
Monsieur François Bridey (Conservateur, Musée du Louvre) Invité
Monsieur Gaël Obein (Dr., Cnam) Co-encadrant, invité

Résumé :
L’impression 2.5D est une technologie à mi-chemin entre l’impression couleur traditionnelle, à laquelle elle emprunte son procédé et la qualité de reproduction des couleurs, et
l’impression 3D qui crée des reliefs et des formes. Par ses qualités visuelles, elle pourrait permettre la reproduction réaliste de multiples surfaces, mais un frein s’oppose à cette
perspective : les encres brillent. En modulant la rugosité des surfaces imprimées à l’échelle du micromètre, en fréquence et en
amplitude, nous avons réussi à réduire et contrôler le brillant des encres. Des stratégies d’impression différentes ont été proposées et étudiées pour diminuer l’effet scintillant et permettre l’impression d’une couche couleur mate : la création d’un espace à cinq dimensions dans lequel le brillant et la couleur sont modélisés aboutit à l’uniformisation des niveaux de
brillant colorés. Les protocoles d’impression développés ont ensuite été appliqués à des cas concrets issus de la conservation – restauration du patrimoine. Plusieurs exemples distincts sont présentés, qui abordent un point particulier sur lequel l’impression 2.5D est pertinente: comblement de lacune, création de répliques réalistes, intérêt de l’aspect visuel mat pour la lisibilité des œuvres.


Abstract:
2.5D printing is between traditional color printing, for the process and its visual quality, and 3D printing, which makes forms and reliefs by ink superposition. Because of its properties, 2.5D printing could allow the realistic reproduction of objects and surfaces, but inks are too glossy.
To reduce and control this glossy aspect of inks, we modulate the roughness of the printed layers, at the micro-scale, both in frequency and amplitude. Influence of parameters was
measured, and different strategies were suggested to reduce sparkle and to allow the creation of matte colored layers: by constituting a 5D space where gloss and color are modeled, we
can make gloss level of colored surfaces uniform.
Several case studies form the Conservation of Cultural Heritage were considered, where 2.5D printing could help the curator, the conservator or the archivist. We studied in particular the
issues of the the gap filling on an archaeological object, the realistic reproduction of surfaces, and the creation of matte objects for readability.

Projet « Centenaire Louis Ducos du Hauron -LDDH »

Louis Ducos du Hauron (Langon 1837- Agen 1920) peut être considéré comme le précurseur des procédés modernes de photographie couleur.
L’inventeur des premières épreuves photographiques en couleur, obtenues avec la technique du tirage pigmentaire à transfert (charbon trichrome), n’est encore connu que de passionnés d’histoire de la photographie du XIXème. Ses autres procédés – pourtant majeurs dans l’histoire des sciences et techniques de l’image – ne le sont pas davantage. Ce sont la diversité des procédés, la grande complexité de fabrication de ses images, leur caractère expérimental et très innovant pour l’époque, qui ont limité les travaux sur ces œuvres et maintenu Ducos du Hauron dans l’ombre jusqu’à aujourd’hui.

En 2016, afin de préparer les célébrations du centenaire de la disparition de cet inventeur, est né le projet « Centenaire Ducos ». Le besoin était manifeste de comprendre les différentes techniques photographiques de cet inventeur et de mieux appréhender les fonds photographiques des collections Françaises.

Le projet « Centenaire Louis Ducos du Hauron » a ainsi été initié par:

  • le Centre de Recherche et de Restauration des musées de France -C2RMF : Natalie Coural (conservatrice, spécialité arts graphiques, département restauration) et Clotilde Boust (chercheur culture, responsable de l’imagerie, dpt Recherche & UMR CNRS PCMTH);
  • l’École Nationale Supérieure Louis Lumière -ENSLL : Jean-Paul Gandolfo (professeur, spécialité procédés anciens);
  • le Musée d’Orsay : Thomas Galifot (conservateur, spécialité photographie)

Ce projet a pour objectif de développer une méthodologie non invasive d’identification des différentes techniques d’épreuves de Louis Ducos du Hauron. Les intérêts sont de mieux connaître ces œuvres, de les situer dans le processus créatif de l’auteur et de l’époque, puis de les conserver dans des conditions optimales et enfin de les valoriser.

Le projet a ainsi fédéré plusieurs institutions et partenaires :

  • les archives de l’Académie des sciences;
  • le Musée Niépce de Chalon sur Saône;
  • le Musée des Beaux-Arts d’Agen;
  • le Musée de Chantilly;
  • Françoise Ploye, restauratrice de photographies;
  • Joël PetitJean, historien de Ducos du Hauron;
  • Kevin Théard, Maël Voyer, Anne Wogelmuth, étudiants ENSLL.

Un corpus important de 27 épreuves a été prêté pour étude par les partenaires du projet. Grâce aux techniques d’imagerie scientifique sous ultraviolet et infrarouge et à des analyses élémentaires sans contact, certaines techniques d’épreuves de Louis Ducos du Hauron ont été identifiées et replacées dans l’historique de l’auteur grâce aux sources écrites disponibles. De plus, ont été identifiés une majorité des pigments et colorants des épreuves : bleu de Prusse, jaune de Chrome, rouge carmin et laque de garance alizarine [Boust 2017].

En parallèle des analyses non destructives, certaines images du corpus du projet « Centenaire Ducos » présentant un état fragmentaire, la piste des analyses chimiques par prélèvement a été explorée. Des analyses en chromatographie au C2RMF puis à l’ESRF de Grenoble en micro imagerie infrarouge à transformée de Fourier et en fluorescence X sur source synchrotron ont ainsi été menées sur quatre épreuves. Les résultats obtenus permettent de mieux connaître le nombre et la composition
des différentes couches de gélatines pigmentées, et de les faire correspondre avec les formulations publiées par Ducos du Hauron aux mêmes dates [Cotte 2018].

À la suite de la publication de ces premiers résultats, une couverture médiatique presse et radio montre l’intérêt grandissant des publics pour le patrimoine photographique français :Mathieu Vidard, La tête au carré, France Inter, mercredi 28 mars 2018, Nathaniel Herzberg, « Les premières photographies couleur révèlent leurs secrets », Le Monde science et médecine du 26 mars 2018, CNRS Journal : https://lejournal.cnrs.fr/articles/ainsi-naquit-la-photographie-couleur.

Éléments de bibliographie:

  • Louis Ducos du Hauron, « Les Couleurs en Photographie, solution du problème », A. Marion, Paris, 1869
  • G. Potonniée, « Biographie de Louis Ducos du Hauron », Bulletin de la Société française dephotographie, p 149-163., 1914
  • Jean-Louis Berger, « Louis Ducos du Hauron (1837-1920) et les débuts de la photographie couleur de 1869 à 1879 », Maîtrise de Sciences et Techniques, image photographique, sous la direction
    d’André Rouillé, université Paris VIII, année 1991-92.
  • Clotilde Boust et Anne Wohlgemuth, Rapports d’étude du C2RMF, des épreuves de Louis DUCOS du Hauron du Musées d’Orsay (n°36660), de l’Académie des sciences (n°36661), du Musée d’Agen (n°36658), du Musée Nicéphore Niépce (n°36659), 2017
  • Marine Cotte, Tiphaine Fabris, Juliette Langlois, Ludovic Bellot-Gurlet, Françoise Ploye, Natalie Coural, Clotilde Boust, Jean-Paul Gandolfo, Thomas Galifot, and Jean Susini, “Rediscovering Ducos du Hauron’s Color Photography through a Review of His Three-Color Printing Processes and Synchrotron Microanalysis of His Prints”, Angewandte Chemie, Willey, 20 mars 2018




Nouveau regard sur la peinture persane : « Humay et Humayun »

Nouveau regard sur un chef d’œuvre de la peinture persane : « Humay et Humayun » ou la vision inspirée du rêve d’un prince

par Charlotte Maury, musée du Louvre, et Laurence Clivet, C2RMF

Auditorium du Louvre, 17/10/2018

Chef d’œuvre de la peinture livresque persane, cette illustre page n’a cessé de fasciner les amateurs et spécialistes depuis sa redécouverte au 19e siècle et son acquisition, en 1887, par l’Union centrale des arts décoratifs. Emblématique de l’esthétique de la peinture persane dont elle serait la quintessence même, célébrée pour son exceptionnelle finesse et la magie incomparable de ses couleurs, elle demeure en partie une énigme.

Film sur la mission Villa diomède

Ce documentaire consacré à la Villa de Diomède a été réalisé dans le cadre des actions de terrain coordonnées en 2015 par Hélène Dessales, archéologue du laboratoire AOrOc à l’École normale supérieure (membre de l’Université PSL).

Dans ce reportage sont restitués les enjeux et méthodes de la campagne pluridisciplinaire que sont l’étude de l’archéologie du bâti, l’imagerie scientifique, l’informatique et l’ingénierie ainsi que la géophysique.

Une réalisation de Claire Duguet, 2018.

(source https://explore.psl.eu/fr/decouvrir/focus/villa-de-diomede-pompei-la-fabrique-dune-villa-romaine)

Site du projet http://villadiomede.huma-num.fr/3dproject/

Analyses physiques pour l’identification d’épreuves Ducos du Hauron

Le mémoire de M2 de l’école nationale Louis Lumière présentant un travail innovant concernant l’identification par méthodes physiques d’épreuves de Louis Ducos du Hauron est disponible ci-après.

Il entre dans le cadre du projet Ducos du Hauron initié par Natalie Coural, conservatrice au C2RMF et le musée d’Orsay. Collaborations SFP, musée de Chalon, CRCC.

MÉMOIRE DE MASTER 2,  École Nationale Supérieure Louis-Lumière par Kevin Théard

Photographie couleur : Mise en place de dispositifs d’analyse physique pigmentaire permettant d’identifer des épreuves Ducos du Hauron au charbon trichrome ou photomécaniques.

Mémoire : Ducos-kTHEARD-MemoireENSLL-diffusionlightOK Annexes : kTHEARD_Memoire_annexes_BD-diffusionlight

Dirigé par Paul Bydlowski, enseignant à l’École Nationale Supérieure Louis-Lumière et Clotilde Boust, Responsable du groupe imagerie, Département recherche du C2RMF

Le graffiti révélé : Exploration virtuelle du château de Selles de Cambrai

La recherche au service du grand public

L’objectif principal du projet est de créer un outil numérique performant mettant en valeur un monument cambrésien édifié au XIIIe siècle et récemment fermé au public, le château de Selles (propriété de la Ville de Cambrai et classé au titre des monuments historiques en 1981). Il s’agit de proposer une reconstitution intérieure et extérieure de ce château, unique témoin du passé médiéval de la ville constituant un des plus grands ensembles de  graffiti et gravures pariétales connus en Europe, en images de synthèses 3D, avec un rendu photo-réaliste afin d’offrir au public une exploration virtuelle du bâtiment. Cet outil numérique est également le moyen d’intégrer une représentation synthétique d’informations dispersées dans de nombreuses sources et d’offrir un espace de visualisation des informations et des données produites par les archéologues du SRA, Nord-Pas-de-Calais (Service régional de l’Archéologie – DRAC), dans le cadre de leurs recherches programmées et financées par le Ministère de la Culture.

Numérisation 3D sur le terrain : le scanner à projections de frange permet d'enreristrer les murs gravés à l'échelle inframillémétrique (Photo : DRAC-Hauts-de-France, Service Régional de l'archéologie)

moulin121012015topofinie

Numérisation 3D sur le terrain : le scanner à projections de frange permet d’enreristrer les murs gravés à l’échelle inframillémétrique (Photo : DRAC-Hauts-de-France, Service Régional de l’archéologie)

 

 

https://scv.hypotheses.org/projets/projets-de-laxe-1/le-graffiti-revele-exploration-virtuelle-du-chateau-de-selles-de-cambrai

 

Auteurs:

Virginie Motte, DRAC-SRA
Nicolas Mélard, C2RMF
Thomas Byhet, DRAC-SRA
Guillemette Lagarde, Ville de Cambrai – Service Ville d’art et d’histoire
Alice Cornier, Ville de Cambrai – Musée des Beaux Arts
Florence Albaret, Ville de Cambrai – Service Ville d’art et d’histoire
Jean-Paul Deremble,Université de Lille Sciences Humaines et Sociales – IRHiS
Audrey Ségard,Université de Lille Sciences Humaines et Sociales – IRHiS / Ville de Cambrai – Musée des Beaux Arts
Laura Louvrier, Université de Lille Sciences Humaines et Sociales  – IRHiS
Emilie Avondino,  Association Espace Doctorants
Mauraine Carlier,  Association Espace Doctorants
Maxime Huet, Voxcell
Antoine Saison, Voxcell

 

Imaging techniques for microanalysis of Paleolithic mobiliary art

Notre article sur la comparaison des techniques d’imagerie pour l’étude du mobilier Paléolithique est paru !

Journal of Archaeological Science: Reports

Volume 10, December 2016, Pages 903–909

Comparison of imaging techniques used in the microanalysis of Paleolithic mobiliary art

  • Nicolas Mélard,
  • Clotilde Boust
  • Gabrielle Cogné,
  • Anne Maigret

Archaeologists have been interested in the survey and analysis of mobile works of Paleolithic art since their discovery during excavations in the 19th century.

Examples of mobile art — made of stone, bone, antler, ivory or clay — are often found as weathered fragments with surface wear that makes the reading of these objects difficult. Since the 19th century, archaeologists have used photography, direct tracing, and oblique light to decipher the marks of the artists. Modern tools and techniques for analysis have continued to evolve. Since the early 1980s, optical and electron microscopy have been used in the analysis of the finest traces. From the 1990s on, 3D laser scanning (30 years after its invention) has been used in all fields of archaeological research. Many techniques followed, quickly evolving.

Today, we face an explosion of the techniques in the field, which offer more and more precision and rapidity that can be useful in archaeological research if applied in the service of well-reasoned lines of inquiry.

This study focuses on two engraved bones from the Magdalenian period. The main aim of the study was to understand the objects, their history and role in the prehistoric context, and their means of production. Ultimately this study informed the conservation, handling, and interpretation of the objects in the museum environment.

A secondary result of the study is an evaluation of the means of analysis in research on cultural heritage. Over the years many objects have been the subject of high-resolution digital photography, infrared photography, ultra-violet photography, RTI, digital microscopy, and microtopographical scans based on axial chromatism.

The feedback of our experience of ten years of 3D approaches provides insight into the evolution of devices and software, and indicates which innovations are of the most value to the field of archaeological study and how their use in combination may yield optimal results.

Keywords

  • Paleolithic;
  • Mobile art;
  • Archaeoscience;
  • Engravings;
  • 3D scanning;
  • Digital microscopy;
  • Technology

 

1-s2-0-s2352409x1630195x-gr7

http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2352409X1630195X

Du calque à la microtopographie – Historique de l’étude de l’art gravé à travers le site de La Marche

 L’étude de gravures sur plaquettes a, dés le début, posé des  problèmes variés. Les superpositions de plusieurs figuration, le mélange entre diverses traces et l’état de conservation rendent le déchiffrement et l’analyse très délicat. A travers le temps différentes techniques d’analyse adaptées à cette problématique ont émergés. Elles permettent ainsi des études de plus en plus fines des gravures. L’application de l’étude microtopographique par microrugosimètre à l’étude des plaquettes  gravées de La Marche montre l’intérêt que peut avoir une utilisation ciblée de ce moyen pour l’analyse stylistique, technologique et fonctionnelle de la gravure sur pierre.Les relevés microtopographiques nous livrent de nouveau éléments qui contribuent considérablement à la compréhension des gravures et des autres traces et ainsi à l’interprétation de cet art et son contexte dans le site.

figure-5-humainiii-rt-plaquette

Image 2,5d d’une plaquette gravée obtenue par Microrugosimètre (pas x/y 10um), travaux: Jean Airvaux et Nicolas Mélard (2001)

 

figure-6-humainiii-visu-article

Postraitement et analyse des données 2,5d. Extraction de profils, mesures, schémas en bloc maillé,  travaux:  Nicolas Mélard (2001)

Mélard, N. “Du calque à la microtopographie – Historique de l’étude de l’art gravé à travers le site de La
Marche.” In Actes du colloque du centenaire de la BSPF. Septembre 2004 (in press). Avignon

 

to the PDF: melard-article-05122011163914

Colloque international – Tapisserie de Bayeux

L’invention de la Tapisserie de Bayeux : naissance, composition et style d’un chef d’oeuvre médiéval

Le 22 septembre, venez écouter « La présentation des analyses qui ont été menées sur la Tapisserie de Bayeux » par Dominique de Reyer (LMRH), Clotilde Boust (C2RMF), Isabelle Colson (C2RMF), Anne Chabas (LISA), Pauline Uring (LISA) Campagnes photographiques, environnement climatique, empoussièrement.

Une publication papier est prévue pour 2017.

http://www.bayeuxmuseum.com/colloque_international_tapisserie_de_bayeux.html

PRÉSENTATION DU COLLOQUE
Le 950e anniversaire de la bataille de Hastings est une excellente occasion pour reconsidérer la lecture de la Tapisserie de Bayeux, non d’un point de vue historique, domaine dans lequel il n’y a sans doute pas beaucoup de nouveauté à attendre, mais d’un point de vue artistique, domaine loin d’avoir été totalement exploré. Le colloque rassemble vingt-trois conférenciers qui viennent d’horizons différents ? historiens des textiles, brodeurs, plasticiens, historiens de l’art, archéologues, latinistes, ingénieurs des laboratoires de recherche des Monuments Historiques et des Musées de France ?, et de pays différents ? France, Allemagne, Belgique, Grande-Bretagne, Canada, États-Unis.

DU 22 AU 25 SEPTEMBRE 2016
Direction : Cécile Binet, Pierre Bouet, Shirley Ann Brown, Sylvette Lemagnen, François Neveux, Gale Owen-Crocker

Télécharger le programme du colloque : ICI