Archives de catégorie : SPECTRAL IMAGING

Rapport : “Imagerie composite de fluorescences sous éclairage visible” Stage de Chloé Bernard

Chloé Bernard (École Nationale Supérieure Louis Lumière) a effectuée son stage au C2RMF sur les images composites issues de la fluorescence des matériaux du visible vers le visible et l’infrarouge. Cette imagerie spectrale vient compléter l’offre du laboratoire sur la détection des matériaux.

Le rapport est ici: RdS2_Bernard_Chloe_photo_2017-2020_t1_BD

Séminaire C2RMF 29/11 : Integration of spectral and XRF images for Louvre Iranian manuscript pigment study 

Le prochain séminaire du C2RMF aura lieu le vendredi 29 novembre 2019 à 11h dans l’amphithéâtre Palissy.

Laurence Clivet, Claudia Colantonio et Marcello Melis présenteront une intervention intitulée : « Integration of spectral and XRF images for Louvre Iranian manuscript pigment study ».

Séminaire C2RMF 29_11

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site du C2RMF : http://c2rmf.fr/diffuser/seminaires

Profilocolore screen capture
Profilocolore screen capture of spectral study

MEMO : Scientific imaging for art conservation

IAEA Bangkok 16-20 July 2018

Memo for UV, visible, IR and X-Rays imaging for cultural heritage analysis.

2018 C2RMF Scientific imaging for art conservation-MEMO ok

Cite this article as: Clotilde Boust, "MEMO : Scientific imaging for art conservation," in Scientific imaging for cultural heritage / Images scientifiques pour le patrimoine, ISSN 2609-780X, 21/10/2019, https://copa.hypotheses.org/1186.

 

ARTICLE CNRS : Images de la Maquette de Delacroix

 N. Lambert / CNRS Images)
Eugène Delacroix, grand peintre romantique français du XIXe siècle, est à l’honneur dans deux expositions parisiennes en juillet. Profitons de l’occasion pour découvrir comment les techniques d’imagerie permettent aux scientifiques et aux conservateurs de scruter l’une de ses œuvres les plus atypiques : une maquette du décor destiné à la coupole de la bibliothèque de l’Assemblée nationale.

https://lejournal.cnrs.fr/nos-blogs/les-yeux-de-la-science/la-maquette-de-delacroix-au-crible-de-limagerie-scientifique

Projet “Centenaire Louis Ducos du Hauron -LDDH”

Louis Ducos du Hauron (Langon 1837- Agen 1920) peut être considéré comme le précurseur des procédés modernes de photographie couleur.
L’inventeur des premières épreuves photographiques en couleur, obtenues avec la technique du tirage pigmentaire à transfert (charbon trichrome), n’est encore connu que de passionnés d’histoire de la photographie du XIXème. Ses autres procédés – pourtant majeurs dans l’histoire des sciences et techniques de l’image – ne le sont pas davantage. Ce sont la diversité des procédés, la grande complexité de fabrication de ses images, leur caractère expérimental et très innovant pour l’époque, qui ont limité les travaux sur ces œuvres et maintenu Ducos du Hauron dans l’ombre jusqu’à aujourd’hui.

En 2016, afin de préparer les célébrations du centenaire de la disparition de cet inventeur, est né le projet “Centenaire Ducos”. Le besoin était manifeste de comprendre les différentes techniques photographiques de cet inventeur et de mieux appréhender les fonds photographiques des collections Françaises.

Le projet “Centenaire Louis Ducos du Hauron” a ainsi été initié par:

  • le Centre de Recherche et de Restauration des musées de France -C2RMF : Natalie Coural (conservatrice, spécialité arts graphiques, département restauration) et Clotilde Boust (chercheur culture, responsable de l’imagerie, dpt Recherche & UMR CNRS PCMTH);
  • l’École Nationale Supérieure Louis Lumière -ENSLL : Jean-Paul Gandolfo (professeur, spécialité procédés anciens);
  • le Musée d’Orsay : Thomas Galifot (conservateur, spécialité photographie)

Ce projet a pour objectif de développer une méthodologie non invasive d’identification des différentes techniques d’épreuves de Louis Ducos du Hauron. Les intérêts sont de mieux connaître ces œuvres, de les situer dans le processus créatif de l’auteur et de l’époque, puis de les conserver dans des conditions optimales et enfin de les valoriser.

Le projet a ainsi fédéré plusieurs institutions et partenaires :

  • les archives de l’Académie des sciences;
  • le Musée Niépce de Chalon sur Saône;
  • le Musée des Beaux-Arts d’Agen;
  • le Musée de Chantilly;
  • Françoise Ploye, restauratrice de photographies;
  • Joël PetitJean, historien de Ducos du Hauron;
  • Kevin Théard, Maël Voyer, Anne Wogelmuth, étudiants ENSLL.

Un corpus important de 27 épreuves a été prêté pour étude par les partenaires du projet. Grâce aux techniques d’imagerie scientifique sous ultraviolet et infrarouge et à des analyses élémentaires sans contact, certaines techniques d’épreuves de Louis Ducos du Hauron ont été identifiées et replacées dans l’historique de l’auteur grâce aux sources écrites disponibles. De plus, ont été identifiés une majorité des pigments et colorants des épreuves : bleu de Prusse, jaune de Chrome, rouge carmin et laque de garance alizarine [Boust 2017].

En parallèle des analyses non destructives, certaines images du corpus du projet « Centenaire Ducos » présentant un état fragmentaire, la piste des analyses chimiques par prélèvement a été explorée. Des analyses en chromatographie au C2RMF puis à l’ESRF de Grenoble en micro imagerie infrarouge à transformée de Fourier et en fluorescence X sur source synchrotron ont ainsi été menées sur quatre épreuves. Les résultats obtenus permettent de mieux connaître le nombre et la composition
des différentes couches de gélatines pigmentées, et de les faire correspondre avec les formulations publiées par Ducos du Hauron aux mêmes dates [Cotte 2018].

À la suite de la publication de ces premiers résultats, une couverture médiatique presse et radio montre l’intérêt grandissant des publics pour le patrimoine photographique français :Mathieu Vidard, La tête au carré, France Inter, mercredi 28 mars 2018, Nathaniel Herzberg, « Les premières photographies couleur révèlent leurs secrets », Le Monde science et médecine du 26 mars 2018, CNRS Journal : https://lejournal.cnrs.fr/articles/ainsi-naquit-la-photographie-couleur.

Éléments de bibliographie:

  • Louis Ducos du Hauron, « Les Couleurs en Photographie, solution du problème », A. Marion, Paris, 1869
  • G. Potonniée, « Biographie de Louis Ducos du Hauron », Bulletin de la Société française dephotographie, p 149-163., 1914
  • Jean-Louis Berger, « Louis Ducos du Hauron (1837-1920) et les débuts de la photographie couleur de 1869 à 1879 », Maîtrise de Sciences et Techniques, image photographique, sous la direction
    d’André Rouillé, université Paris VIII, année 1991-92.
  • Clotilde Boust et Anne Wohlgemuth, Rapports d’étude du C2RMF, des épreuves de Louis DUCOS du Hauron du Musées d’Orsay (n°36660), de l’Académie des sciences (n°36661), du Musée d’Agen (n°36658), du Musée Nicéphore Niépce (n°36659), 2017
  • Marine Cotte, Tiphaine Fabris, Juliette Langlois, Ludovic Bellot-Gurlet, Françoise Ploye, Natalie Coural, Clotilde Boust, Jean-Paul Gandolfo, Thomas Galifot, and Jean Susini, “Rediscovering Ducos du Hauron’s Color Photography through a Review of His Three-Color Printing Processes and Synchrotron Microanalysis of His Prints”, Angewandte Chemie, Willey, 20 mars 2018




Images fausses couleurs

Les images en réflexion UV comme IR sont des images en niveaux de gris difficiles à lire concernant le repérage des pigments. C’est pourquoi, à l’instar de ce qui se faisait avec les pellicules couleurs infrarouges argentiques, ces images numériques sont mélangées avec l’image en lumière visible et sont transformées en images composites fausses couleurs. Ces fausses couleurs permettent de distinguer plus facilement les informations en les colorisant. Elles permettent ainsi une cartographie des matériaux et l’identification des pigments.

Pour fabriquer une image infrarouge fausse couleur -IRFC dans l’espace de travail RVB, on supprime la couche bleue de l’image dans le domaine du visible. En décalant la couche verte et la rouge et en remplaçant la rouge par l’image infrarouge, on obtient une image avec des couleurs artificielles qui rend lisibles les nuances de gris de l’image d’origine. On procède de même pour les images de réflexion UV (mais en remplaçant la couche bleue) afin de créer des images en UV fausses couleurs -UVFC.

L’image en fausse couleur permet de mieux localiser la répartition des matériaux sur l’œuvre en distinguant notamment des zones de repeints ou de restauration invisibles à l’œil. Les matériaux de restauration ayant des caractéristiques chimiques différentes de l’original, leurs réponses dans l’IR ou l’UV sont généralement différentes, donc visibles dans ces zones de longueurs d’ondes alors qu’ils ne sont pas distinguables en lumière visible. 

De plus, en faisant référence à un catalogue de pigments et matériaux connus passés en images fausses couleurs IR et UV, il est parfois possible de repérer directement certains matériaux ou du moins d’affiner une hypothèse. Soit le pigment a une réponse caractéristique sous UV ou IR, soit c’est l’ensemble des réponses sous différentes radiations qui oriente la détermination (Cf.  “Pigment image database under UV and IR radiations,” https://copa.hypotheses.org/552.). Sans réponse caractéristique, des analyses complémentaires élémentaires ou chimiques sont effectuées par la suite. 

Cite this article as: Lambert E., Bellec J-L., , Itié E., Boust C., “Images fausses couleurs,” in Scientific imaging for cultural heritage / Images scientifiques pour le patrimoine, ISSN 2609-780X, 06/11/2018, https://copa.hypotheses.org/?p=1204.

 

Film sur la mission Villa diomède

Ce documentaire consacré à la Villa de Diomède a été réalisé dans le cadre des actions de terrain coordonnées en 2015 par Hélène Dessales, archéologue du laboratoire AOrOc à l’École normale supérieure (membre de l’Université PSL).

Dans ce reportage sont restitués les enjeux et méthodes de la campagne pluridisciplinaire que sont l’étude de l’archéologie du bâti, l’imagerie scientifique, l’informatique et l’ingénierie ainsi que la géophysique.

Une réalisation de Claire Duguet, 2018.

(source https://explore.psl.eu/fr/decouvrir/focus/villa-de-diomede-pompei-la-fabrique-dune-villa-romaine)

Site du projet http://villadiomede.huma-num.fr/3dproject/

DATABASE : Pigment image database under UV and IR radiations -part 2 raw materials

C2RMF COPA project
Kremer raw  material samples :
– image in visible domain
– image in false color infrared with IR reflexion (750-1000nm)
– image in false color ultraviolet with UV reflexion (360-400 nm)
– image of fluorescence under UV (365 nm) to visible(380-780 nm)
– Box 1 : samples from Kremer number 1000 to 1100
– Box 2 : samples from 11100 to 12010

download pdf COPA_C2RMF_BOXKREMER_1ti

Cite this article as: Clotilde Boust, “DATABASE : Pigment image database under UV and IR radiations -part 2 raw materials,” in Scientific imaging for cultural heritage / Images scientifiques pour le patrimoine, ISSN 2609-780X, 13/09/2017, https://copa.hypotheses.org/620.

Infrarouge : défiltrer un appareil photo

Les capteurs CCD des appareils photographiques sont naturellement sensibles aux radiations infrarouge proches (780-1000 nm). Les constructeurs positionnent donc un filtre anti-IR pour que les images n’enregistrent que le visible.

Si vous souhaitez faire des images dans l’IR, vous pouvez demander à retirer ce filtre directement au constructeur si vous avez un appareil professionnel. Vous pouvez également vous adresser à la communauté de la photographie astronomique qui utilise également l’imagerie IR, en suivant leurs tutoriels pour défiltrer vous même votre appareil, un exemple ici. Enfin, et c’est le plus simple, vous pouvez acheter directement un appareil défiltré, comme chez ce vendeur spécialisé Eosforastro. 

Une fois le filtre anti IR retiré de l’appareil photo, celui ci aura besoin de filtres à positionner devant l’objectif : un anti-visible pour faire des images dans l’IR et un anti-IR  pour prendre des images classiques dans le visible. L’achat de filtres scientifiques pour le format des appareils 24×36 peut par exemple se faire chez Chsopensource.

Cite this article as: Clotilde Boust, “Infrarouge : défiltrer un appareil photo,” in Scientific imaging for cultural heritage / Images scientifiques pour le patrimoine, ISSN 2609-780X, 04/12/2016, https://copa.hypotheses.org/361.

Charte de calibrage UV

http://www.uvinnovations.com/target-uv

Une charte de calibrage photographique de la fluorescence sous UV enregistrée dans le visible est désormais disponible aux Etats-Unis chez UV innovations. Elle a été développée spécialement pour l’imagerie scientifique du patrimoine par Paul Messier, restaurateur de photographies et responsable du Lens Media Lab à l’université de Yale.

Le protocole de prise de vue tel qu’il est appliqué au C2RMF est disponible ici : http://copa.hypotheses.org/297

Target-UV™ & UV-Gray™

Target-UV™ is a calibration reference to control color and intensity of UVA induced visible fluorescence.

UV-Gray™ is used to set camera white balance using a variety of UVA radiation sources.

Both Target-UV™ and UV-Gray™ are made from stable inorganic pigments insuring accuracy and repeatability over many years of use. For more information on permanence of the Target-UV™ and UV-Gray™, see this paper.

The Target-UV™ increases the consistency and evidentiary value of UV/visible fluorescence images. This is achieved by the unique structure of the Target-UV™, which produces a neutral gray fluorescence when exposed to UVA radiation. The exact output of the fluorescence is dependent upon the radiation source used, allowing the Target-UV™ to adapt to different radiation sources. This allows for the creation and sharing of valuable data across cultural heritage institutions. These same benefits are now available for diverse fields, including forensic document examination and medical imaging.

http://www.uvinnovations.com/target-uv

Protocole de prise de vue de fluorescence UV

RAPPORT DE STAGE DE 2e ANNÉE à l’ENSLL  (M1) d’Anne Wohlgemuth (Photographie 2017)

capture-decran-2016-12-03-a-00-27-58
Protocole Fluorescence UV, Anne Wohlgemuth

Ce stage a permit de préciser le protocole de prise de vue dans le visible de phénomènes de fluorescence sous UV, en utilisant la charte d’ UV innovations (cf. billet ici).

Le mémo du protocole de prise de vue de fluorescence sous UV dans le visible appliqué au C2RMF est téléchargeable ici :protocole_charte_messier

Télécharger le rapport de stage ici : wohlgemuth_anne_2017_rapport_stage_6mo