Archives de catégorie : IR

UKIYO-E color pigments optical and chemical

Japanese pigments in Ukiyo-e  (1700-1900) could be recognized with non invasive optical images from UV to IR (reflexion and fluorescence) and chemical XRF data.

Here is the summary of the work done in C2RMF of pigments registered in imaging under visible light, UV and IR transformed in False color (https://copa.hypotheses.org/1204) and fluorescence from UV light in visible domain.  Main chemical component from XRF are also listed.

Fluorescence response from visible to visible and visible to IR will be added soon.

2020 C2RMF Clotilde Boust

 

Cite this article as: Clotilde Boust, "UKIYO-E color pigments optical and chemical," in Scientific imaging for cultural heritage / Images scientifiques pour le patrimoine, ISSN 2609-780X, 12/04/2021, https://copa.hypotheses.org/1679.

Rapport : “Imagerie composite de fluorescences sous éclairage visible” Stage de Chloé Bernard

Chloé Bernard (École Nationale Supérieure Louis Lumière) a effectuée son stage au C2RMF sur les images composites issues de la fluorescence des matériaux du visible vers le visible et l’infrarouge. Cette imagerie spectrale vient compléter l’offre du laboratoire sur la détection des matériaux.

Le rapport est ici: RdS2_Bernard_Chloe_photo_2017-2020_t1_BD

Séminaire C2RMF 29/11 : Integration of spectral and XRF images for Louvre Iranian manuscript pigment study 

Le prochain séminaire du C2RMF aura lieu le vendredi 29 novembre 2019 à 11h dans l’amphithéâtre Palissy.

Laurence Clivet, Claudia Colantonio et Marcello Melis présenteront une intervention intitulée : « Integration of spectral and XRF images for Louvre Iranian manuscript pigment study ».

Séminaire C2RMF 29_11

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site du C2RMF : http://c2rmf.fr/diffuser/seminaires

Profilocolore screen capture
Profilocolore screen capture of spectral study

Projet “Centenaire Louis Ducos du Hauron -LDDH”

Louis Ducos du Hauron (Langon 1837- Agen 1920) peut être considéré comme le précurseur des procédés modernes de photographie couleur.
L’inventeur des premières épreuves photographiques en couleur, obtenues avec la technique du tirage pigmentaire à transfert (charbon trichrome), n’est encore connu que de passionnés d’histoire de la photographie du XIXème. Ses autres procédés – pourtant majeurs dans l’histoire des sciences et techniques de l’image – ne le sont pas davantage. Ce sont la diversité des procédés, la grande complexité de fabrication de ses images, leur caractère expérimental et très innovant pour l’époque, qui ont limité les travaux sur ces œuvres et maintenu Ducos du Hauron dans l’ombre jusqu’à aujourd’hui.

En 2016, afin de préparer les célébrations du centenaire de la disparition de cet inventeur, est né le projet “Centenaire Ducos”. Le besoin était manifeste de comprendre les différentes techniques photographiques de cet inventeur et de mieux appréhender les fonds photographiques des collections Françaises.

Le projet “Centenaire Louis Ducos du Hauron” a ainsi été initié par:

  • le Centre de Recherche et de Restauration des musées de France -C2RMF : Natalie Coural (conservatrice, spécialité arts graphiques, département restauration) et Clotilde Boust (chercheur culture, responsable de l’imagerie, dpt Recherche & UMR CNRS PCMTH);
  • l’École Nationale Supérieure Louis Lumière -ENSLL : Jean-Paul Gandolfo (professeur, spécialité procédés anciens);
  • le Musée d’Orsay : Thomas Galifot (conservateur, spécialité photographie)

Ce projet a pour objectif de développer une méthodologie non invasive d’identification des différentes techniques d’épreuves de Louis Ducos du Hauron. Les intérêts sont de mieux connaître ces œuvres, de les situer dans le processus créatif de l’auteur et de l’époque, puis de les conserver dans des conditions optimales et enfin de les valoriser.

Le projet a ainsi fédéré plusieurs institutions et partenaires :

  • les archives de l’Académie des sciences;
  • le Musée Niépce de Chalon sur Saône;
  • le Musée des Beaux-Arts d’Agen;
  • le Musée de Chantilly;
  • Françoise Ploye, restauratrice de photographies;
  • Joël PetitJean, historien de Ducos du Hauron;
  • Kevin Théard, Maël Voyer, Anne Wogelmuth, étudiants ENSLL.

Un corpus important de 27 épreuves a été prêté pour étude par les partenaires du projet. Grâce aux techniques d’imagerie scientifique sous ultraviolet et infrarouge et à des analyses élémentaires sans contact, certaines techniques d’épreuves de Louis Ducos du Hauron ont été identifiées et replacées dans l’historique de l’auteur grâce aux sources écrites disponibles. De plus, ont été identifiés une majorité des pigments et colorants des épreuves : bleu de Prusse, jaune de Chrome, rouge carmin et laque de garance alizarine [Boust 2017].

En parallèle des analyses non destructives, certaines images du corpus du projet « Centenaire Ducos » présentant un état fragmentaire, la piste des analyses chimiques par prélèvement a été explorée. Des analyses en chromatographie au C2RMF puis à l’ESRF de Grenoble en micro imagerie infrarouge à transformée de Fourier et en fluorescence X sur source synchrotron ont ainsi été menées sur quatre épreuves. Les résultats obtenus permettent de mieux connaître le nombre et la composition
des différentes couches de gélatines pigmentées, et de les faire correspondre avec les formulations publiées par Ducos du Hauron aux mêmes dates [Cotte 2018].

À la suite de la publication de ces premiers résultats, une couverture médiatique presse et radio montre l’intérêt grandissant des publics pour le patrimoine photographique français :Mathieu Vidard, La tête au carré, France Inter, mercredi 28 mars 2018, Nathaniel Herzberg, « Les premières photographies couleur révèlent leurs secrets », Le Monde science et médecine du 26 mars 2018, CNRS Journal : https://lejournal.cnrs.fr/articles/ainsi-naquit-la-photographie-couleur.

Éléments de bibliographie:

  • Louis Ducos du Hauron, « Les Couleurs en Photographie, solution du problème », A. Marion, Paris, 1869
  • G. Potonniée, « Biographie de Louis Ducos du Hauron », Bulletin de la Société française dephotographie, p 149-163., 1914
  • Jean-Louis Berger, « Louis Ducos du Hauron (1837-1920) et les débuts de la photographie couleur de 1869 à 1879 », Maîtrise de Sciences et Techniques, image photographique, sous la direction
    d’André Rouillé, université Paris VIII, année 1991-92.
  • Clotilde Boust et Anne Wohlgemuth, Rapports d’étude du C2RMF, des épreuves de Louis DUCOS du Hauron du Musées d’Orsay (n°36660), de l’Académie des sciences (n°36661), du Musée d’Agen (n°36658), du Musée Nicéphore Niépce (n°36659), 2017
  • Marine Cotte, Tiphaine Fabris, Juliette Langlois, Ludovic Bellot-Gurlet, Françoise Ploye, Natalie Coural, Clotilde Boust, Jean-Paul Gandolfo, Thomas Galifot, and Jean Susini, “Rediscovering Ducos du Hauron’s Color Photography through a Review of His Three-Color Printing Processes and Synchrotron Microanalysis of His Prints”, Angewandte Chemie, Willey, 20 mars 2018




Images fausses couleurs

Les images en réflexion UV comme IR sont des images en niveaux de gris difficiles à lire concernant le repérage des pigments. C’est pourquoi, à l’instar de ce qui se faisait avec les pellicules couleurs infrarouges argentiques, ces images numériques sont mélangées avec l’image en lumière visible et sont transformées en images composites fausses couleurs. Ces fausses couleurs permettent de distinguer plus facilement les informations en les colorisant. Elles permettent ainsi une cartographie des matériaux et l’identification des pigments.

Pour fabriquer une image infrarouge fausse couleur -IRFC dans l’espace de travail RVB, on supprime la couche bleue de l’image dans le domaine du visible. En décalant la couche verte et la rouge et en remplaçant la rouge par l’image infrarouge, on obtient une image avec des couleurs artificielles qui rend lisibles les nuances de gris de l’image d’origine. On procède de même pour les images de réflexion UV (mais en remplaçant la couche bleue) afin de créer des images en UV fausses couleurs -UVFC.

L’image en fausse couleur permet de mieux localiser la répartition des matériaux sur l’œuvre en distinguant notamment des zones de repeints ou de restauration invisibles à l’œil. Les matériaux de restauration ayant des caractéristiques chimiques différentes de l’original, leurs réponses dans l’IR ou l’UV sont généralement différentes, donc visibles dans ces zones de longueurs d’ondes alors qu’ils ne sont pas distinguables en lumière visible. 

De plus, en faisant référence à un catalogue de pigments et matériaux connus passés en images fausses couleurs IR et UV, il est parfois possible de repérer directement certains matériaux ou du moins d’affiner une hypothèse. Soit le pigment a une réponse caractéristique sous UV ou IR, soit c’est l’ensemble des réponses sous différentes radiations qui oriente la détermination (Cf.  “Pigment image database under UV and IR radiations,” https://copa.hypotheses.org/552.). Sans réponse caractéristique, des analyses complémentaires élémentaires ou chimiques sont effectuées par la suite. 

Cite this article as: Lambert E., Bellec J-L., , Itié E., Boust C., “Images fausses couleurs,” in Scientific imaging for cultural heritage / Images scientifiques pour le patrimoine, ISSN 2609-780X, 06/11/2018, https://copa.hypotheses.org/?p=1204.

 

Nouveau regard sur la peinture persane : “Humay et Humayun”

Nouveau regard sur un chef d’œuvre de la peinture persane : “Humay et Humayun” ou la vision inspirée du rêve d’un prince

par Charlotte Maury, musée du Louvre, et Laurence Clivet, C2RMF

Auditorium du Louvre, 17/10/2018

Chef d’œuvre de la peinture livresque persane, cette illustre page n’a cessé de fasciner les amateurs et spécialistes depuis sa redécouverte au 19e siècle et son acquisition, en 1887, par l’Union centrale des arts décoratifs. Emblématique de l’esthétique de la peinture persane dont elle serait la quintessence même, célébrée pour son exceptionnelle finesse et la magie incomparable de ses couleurs, elle demeure en partie une énigme.

Film sur la mission Villa diomède

Ce documentaire consacré à la Villa de Diomède a été réalisé dans le cadre des actions de terrain coordonnées en 2015 par Hélène Dessales, archéologue du laboratoire AOrOc à l’École normale supérieure (membre de l’Université PSL).

Dans ce reportage sont restitués les enjeux et méthodes de la campagne pluridisciplinaire que sont l’étude de l’archéologie du bâti, l’imagerie scientifique, l’informatique et l’ingénierie ainsi que la géophysique.

Une réalisation de Claire Duguet, 2018.

(source https://explore.psl.eu/fr/decouvrir/focus/villa-de-diomede-pompei-la-fabrique-dune-villa-romaine)

Site du projet http://villadiomede.huma-num.fr/3dproject/

DATABASE : Pigment image database under UV and IR radiations -part 2 raw materials

C2RMF COPA project
Kremer raw  material samples :
– image in visible domain
– image in false color infrared with IR reflexion (750-1000nm)
– image in false color ultraviolet with UV reflexion (360-400 nm)
– image of fluorescence under UV (365 nm) to visible(380-780 nm)
Name of pigments in several langages :  https://www.kremer-pigmente.com/fr/information/catalogue/

Télécharger les PDF :

noms en Francais :  2017 C2RMF Pigments_KREMER_boites_noms

et imageries : 2017 C2RMF pigments bocaux Kremer Imagerie VIS IR UV

Cite this article as: Clotilde Boust, Anne Wohlgelmuth “DATABASE : Pigment image database under UV and IR radiations -part 2 raw materials,” in Scientific imaging for cultural heritage / Images scientifiques pour le patrimoine, ISSN 2609-780X, 13/09/2017, https://copa.hypotheses.org/620.

DATABASE : Pigments under UV and IR radiations

Scientific photography for cultural heritage : pigment image database under UV and IR radiations

Several pigments/colorants were registred using Hasselblad photography imaging under several radiations, from UV (365 nm) to IR (780-1000 nm). We obtained several images :

  • VIS : normal image, in visible domain under visible light (380-780 nm;
  • REF_UV_UV : reflection in UV domain under UV radiations (360-400);
  • UVFC : image treatment of REF_UV_UV with VIS to obtain false color lisible image
  • FLUO_UV_VIS : fluorescence of material under UV (pic 365 nm) seen in visible domain;
  • REF_NIR_NIR : infrared reflection under near infrared light (780-1000 nm);
  • IRFC : image treatment of REF_NIR_NIR with VIS to obtain false color lisible image
  • FLUO_VIS_IR : fluorescence under visible light (pic 690 nm)  in near infrared domain (780-1000 nm);

Those images are used to find out some possible pigments and colorants, because some of them have  specific spectral responses in IR or UV, or with fluorescence.

We provide FORS (400 nm-1000nm) reflection spectra made with Ruby Still non contact spectrometer for information.

Be aware that color material identification is usually completed with microscopic observations and FluoX analysis but could need much more complex investigations.

We share our image database hoping it could help the community of cultural heritage. In order to use them, please understand that the colors are indicatives as your artwork materials, binding and aging could differ.

KREMER PIGMENTS ON PAPER

Web page : http://www.kremer-pigmente.com/fr/livres-und-cartes-de-couleur/

Explanations : http://www.kremer-pigmente.com/media/pdf/fk-ColourCharts.pdf

  • RED HISTORICAL PIGMENTS – KREMER ON PAPER

    download pdf :

    C2RMF_EXTRACT1_DATABASE_HistoricalPigments_RED_170920

    Pinkcolor Very lightfast, < 38 µm
    Pinkcolor Deep Very lightfast, (contains lead) < 38 µm
    Natural Cinnabar from China, mercuric sulphide
    Cinnabar, ne chu piao, 20 – 50 µm
    Red Jasper semi-transparent, 0 – 120 µm
    Côte d’Azur Violet light caput mortuum
    Brown-Red Slate from Austria
    Gold Ochre from Saxony, Germany deep brown-gold. Very nd grind Burgundy Red Ochre Medium from France, 0 – 80 µm
    Burgundy Red Ochre Deep from France, ne, 0 – 80 µm
    Spanish Red Ochre Bauxite, extra ne, 0 – 63 µm
    Brown Earth from Otranto. Italy, pea-ore, sanguine-rust brown, stand. grind. Iseo Brown reddish brown umber, from Italy
    Red Maroccan Ochre. warm transparent red ochre, < 80 µm
    Dark Red Moroccan Ochre < 80 µm

    •  GREEN HISTORICAL PIGMENTS – KREMER ON PAPER

    download pdf :

    C2RMF_EXTRACT2_DATABASE_HistoricalPigments_GREEN_170920

    Egyptian Green Copper glass, 40 – 120  µm
    Ploss Blue. Sky-blue crystals of very brilliant luminosity
    Malachite natural, extra ne, 0 – 80  µm, intense color
    Malachite MP extra ne, 0 – 63 µm, intense color
    Chrysocolla, Bluish green, copper silicate, 0 – 120 µm
    Malachite Fibres, ne 0 – 80 µm
    Malachite Arabian, ne, 0 – 80 µm
    Turquoise sky-blue, ne 0 – 80 µm
    Atacamite, ne 0 – 80 µm
    Cavansite, extra ne, 0 – 40 µm
    Verona Green Earth, standard, genuine earth pigment, 0 – 120 µm Bavarian Green Earth, 0 – 120, similar to Bohemian Green Earth Russian Green Earth, ne, natural, extra ne, 0 – 63 µm
    Aegirine, ne, 0 – 63  µm, dark green earth
    Florentine Green, 60 – 120 µm, washed
    Andeer green, ne, 0 – 200 µm, Green Gneiss from Andeer, Switzerland Green Jasper, crystalline bluish green, 0 – 120 µm
    Celadonite, green earth, from the Côte d’Azur, France
    Copper Resinate, transparent copper green

    •  YELLOW HISTORICAL PIGMENTS – KREMER ON PAPER

    download pdf :

    C2RMF_EXTRACT3_DATABASE_HistoricalPigments_YELLOW_170920

    Lead Tin Yellow, light, < 38 µm, light lemon changed hue, contains lead, toxic
    Lead Tin Yellow deep, changed hue, < 38 µm, contains lead, toxic
    Lead Tin Yellow II, yellow lead glass, 0 – 63 µm, contains lead, toxic
    Naples Yellow, from Paris, < 50 µm, contains lead, toxic
    Orpiment, genuine, King s Yellow, coarse, 175 µm
    Realgar, genuine, red orpiment, 175 µm
    Epidote, yellow-green earth
    Jarosite, clear yellow ochre, < 100 µm
    Taunus Ochre, light, Ochre, from the Taunus region, Germany Burgundy Yellow Ochre, from France, 0 – 80 µm
    Yellow Moroccan Ochre, < 80 µm
    Elba Brown Ochre Deep, dark brown, fine grind, from Tuscany

    •  BLUE HISTORICAL PIGMENTS – KREMER ON PAPER

    download pdf :

    C2RMF_EXTRACT4_DATABASE_HistoricalPigments_BLUE_170920

    Smalt, very fine, according to a recipe from 1820, < 80 µm
    Egyptian Blue, blue copper silicate, <120 µm
    HAN-Blue, fine, the blue of ancient China, 0 – 40 µm
    HAN-Purple, fine, < 40 µm, color of ancient China
    Blue Verditer, synthetic Azurite, blue bice, cendres blue
    Blue Bice, Copper Calcium Carbonate, CCC
    Blue Azurite MP, pale, 38 – 63 µm
    Azurite natural fine, 0 – 80 µm
    Sodalite, fine, 0 – 80 µm , bluish-purple gray pigment
    Lapis Lazuli, grayish-blue, natural ultramarine
    Lapis Lazuli, pure, Fra Angelico Blue
    Lapis Lazuli from Chile, 0 – 20 µm

    •  BLACK HISTORICAL PIGMENTS – KREMER ON PAPER 

    download pdf :

    C2RMF_EXTRACT5_DATABASE_HistoricalPigments_BLACK_170920

    Galena, Gray-black lustrous powder, contains lead, toxic
    Pyrite Powder Fine, 0 – 80 µm
    Antimony, stibium, gray metallic, baroque, 0 – 200 µm
    Gray from Mels, Switzerland
    Onyx black, 0 – 120 µm
    Ivory Black, Genuine
    Ivory Black, own production
    Peach Black, genuine, matt black
    Grape Black, genuine, bluish-black
    Cherry Black, genuine, brownish-black
    Atramentum, ink stone, black
    Bistre, genuine beechwood soot
    Sepia, from adriatic cuttlefish, raw, dry, 0 – 120 µm

    •  WHITE HISTORICAL PIGMENTS – KREMER ON PAPER 

    download pdf :

    C2RMF_EXTRACT6_DATABASE_HistoricalPigments_WHITE_170920

    Nero Bernino, gray-green slate, Bernina (Switzerland), 0-120 µm
    Alba Albula, buff white colored chalk, from Albula, Switzerland Sugar Dolomite, 0 – 120 µm
    Rhodochrosite, pale-coral pink, 0 – 120 µm
    Slate Green from Mels, Switzerland
    Jade, very fine, Russian, < 63 µm
    Rock Crystal, powder, 0 – 63 µm
    Eggshell White, fine, white powder
    Fuchsite, extra fine, 0 – 100 µm
    Obsidian black, natural glass from Mexico
    Selenite, Marienglas, gypseous spar, from Cyprus, 0 – 80 µm
    Aragonite, extra white, fine grind, 0 – 63 µm

    •  CADMIUM PIGMENTS – KREMER ON PAPER 

    download pdf :

    C2RMF_EXTRACT7_DATABASE_CadmiumPigments_RED_GREEN_YELLOW_170920

    RED CADMIUM PIGMENTS
    Cadmium Orange No. 0 very light, very lightfast, opaque
    Cadmium Orange No. 0.5, light, very lightfast, opaque
    Cadmium Orange No. 1, medium, very lightfast, opaque
    Cadmium Orange No. 2, vermilion, very lightfast, opaque Cadmium Red No. 1, light, very lightfast, opaque
    Cadmium Red No. 2, medium, very lightfast, opaque
    Cadmium Red No. 3, dark, very lightfast, opaque
    Cadmium Red No. 4, bluish purple, very lightfast, opaque

    GREEN CADMIUM PIGMENTS
    Cadmium Green, light, mixture of cadmium yellow and ultramarine blue
    Cadmium Green, dark, mixture of cadmium yellow and ultramarine blue

    YELLOW CADMIUM PIGMENTS
    Cadmium Yellow Lemon No.1, very lightfast, opaque
    Cadmium Yellow No. 2, very light, very lightfast, opaque Cadmium Yellow No. 4 light, very lightfast, opaque
    Cadmium Yellow No. 6, medium, very lightfast, opaque
    Cadmium Yellow No. 8, medium dark, very lightfast, opaque Cadmium Yellow No. 9, dark, very lightfast, opaque

    •  GREEN COLORS

    download pdf :

    C2RMF_EXTRACT8_DATABASE_GREEN_COLORS_170920

    Phthalo Green dark, bluish
    Phthalo Green, yellowish lightfast
    Green Earth, light yellowish, German
    Bohemian Green Earth, genuine, brilliant hue, extra fine grinding
    Green Earth from Verona, genuine, pure
    Green Earth from France, light
    Verona Green Earth enhanced with Viridian Green
    Vagone Green Earth, enhanced with Prussian blue and chrome oxide green
    Nicosia Green, mixed green earths with cobalt blue,enhanced
    Bohemian Green Earth, imitation, enhanced earth color, yellowish green light
    Verona Green Earth, imitation, mixed green earths
    Cobalt Green, contains cobalt
    Cobalt Oxide Green Blue, deep turquoise, contains cobalt
    Cobalt Bottle Green, dark green, contains cobalt
    Cobalt Green, bluish A, contains cobalt
    Pastel Green, Victoria Green, bright, very lightfast, transparent
    Chrome Oxide Green, cool green, opaque
    Chrome Oxide Green DD, pure, intensive color, very fine
    Viridian Green, hydrated chrome oxide, bright, transparent
    Permanent Green, mixture, lightfast
    Malachite, synthetic, contains copper
    Verdigris, synthetic,coarse bluish green powder, contains copper
    Cadmium Green, light, mixture of cadmium yellow and ultramarine blue
    Cadmium Green, dark, mixture of cadmium yellow and ultramarine blue
    Ultramarine Green, genuine, historic pigment
    Studio Pigment Light Green, synthetic organic pigment and filler
    Studio Pigment Dark Green, synthetic organic pigment and filler

    •  YELLOW COLORS 

    download pdf :

    C2RMF_EXTRACT9_DATABASE_YELLOW_COLORS_170920

    Cadmium Yellow Lemon No. 1, very lightfast, opaque
    Cadmium Yellow No. 2, very light, very lightfast, opaque Cadmium Yellow No. 4 light, very lightfast, opaque
    Cadmium Yellow No. 6, medium, very lightfast, opaque
    Cadmium Yellow No. 8, medium dark, very lightfast, opaque Cadmium Yellow No. 9, dark, very lightfast, opaque
    Permanent Yellow light, organic pigment
    Permanent Yellow medium, organic pigment Irgazin
    Yellow greenish, transparent Isoindole
    Yellow, organic pigment
    Indian Yellow, imitation, contains nickel
    Pyramid-Yellow medium, clear warm yellow
    Brilliant Yellow, Hansa yellow
    Isoindolinon Yellow, greenish
    Irgazin Yellow light orange
    Studio Yellow, Hansa yellow
    Paliotol Yellow-Orange, brilliant orange
    Massicot, Litharge, yellow lead oxide, litharge, pieces, contains lead, toxic
    Bristol Yellow pale Naples yellow imitation, lead-free
    Bristol Yellow, medium, Naples yellow imitation, lead-free
    Naples Yellow, lemon, genuine, contains lead, toxic
    Naples Yellow, dark, genuine, contains lead, toxic
    Naples Yellow, reddish, contains lead, toxic
    Bristol-Yellow, reddish, Naples yellow reddish imitation, lead-free Nickel-Titanium Yellow, artificial mineral pigment
    Nickel-Titanium Yellow, greenish, artificial mineral pigment Praseodym Yellow, pale
    Titanium Orange, golden-orange
    Cobalt Yellow aureolin
    Antinomy Red, golden antinomy sulphide
    Yellow Zircon, Zircon-Praseodymium-Silicate
    Intensive Yellow transparent
    Bismuth-Vanadate Yellow lemon, very lightfast
    Studio Pigment Yellow, synthetic organic pigment and filler
    Studio Pigment Egg Yolk Yellow, synthetic organic pigment and filler
    Studio Pigment Yellow Sun Gold, synthetic organic pigment and filler

    •  BLUE COLORS 

    download pdf :

    C2RMF_EXTRACT10_DATABASE_BLUE_COLORS_170920

    BLUE

    Phthalo Blue, Primary blue
    Phthalo Blue royal blue, Heliogen Blue
    Phthalo Blue reddish, Heliogen Blue
    Phthalo Blue, very lightfast
    Idanthren Blue, deep blue
    Dioxazine Violet, halogen-free
    Thioindigo Red, lightfast
    Cinquasia Violet RT 201 D, reddish violet
    Alizarine violet, bright medium violet
    Indigo, genuine, Indian, powder, Indigofera tinctoria
    Indigo Blue Lake, medium blue, natural blue dye
    Indigo Red-Violet, natural blue pigment
    Maya Blue, genuine, indigo in a silicic crystal matrix
    Ultramarine Blue, very dark, synthetic mineral pigment Ultramarine Blue, dark, synthetic mineral pigment
    Ultramarine Blue, reddish, synthetic mineral pigment Ultramarine Blue, greenish extra, synthetic mineral pigment Ultramarine Blue, greenish light, synthetic mineral pigment Ultramarine Blue, light, synthetic mineral pigment
    Ultramarine Violet, medium, bluish, mixture
    Ultramarine Violet, reddish, dark
    Ultramarine Violet, light reddish, synthetic mineral pigment Prussian Blue LUX also Milori blue, Berlin blue
    Manganese Violet, synthetic mineral pigment
    Copper Blue, very light turquoise blue
    Zirconium Cerulean Blue, semi-opaque, light blue
    Cobalt Blue Dark, synthetic mineral pigment
    Cobalt Blue Dark, greenish, slightly lighter and more greenish than 45700
    Cobalt Blue, Sapporo
    Cobalt Blue Medium, opaque
    Cobalt Blue Pale, synthetic mineral pigment
    Cobalt Blue light, synthetic mineral pigment
    Cobalt Cerulean blue
    Cobalt Blue, greenish
    Cobalt Blue Turquoise, light
    Cobalt Blue Turquoise, dark
    Cobalt violet, dark, semi-opaque
    Cobalt Violet brilliant, dark < 75
    Cobalt Violet, light brilliant
    Studio Pigment Sky Blue, synthetic organic pigment and filler Studio pigment dark blue, synthetic organic pigment and filler Studio pigment violet, synthetic organic pigment and filler

 

Cite this article as: Clotilde Boust, Anne Wohlgelmuth “DATABASE : Pigments under UV and IR radiations,” in Scientific imaging for cultural heritage / Images scientifiques pour le patrimoine, ISSN 2609-780X, 18/08/2017, https://copa.hypotheses.org/552.

Analyses physiques pour l’identification d’épreuves Ducos du Hauron

Le mémoire de M2 de l’école nationale Louis Lumière présentant un travail innovant concernant l’identification par méthodes physiques d’épreuves de Louis Ducos du Hauron est disponible ci-après.

Il entre dans le cadre du projet Ducos du Hauron initié par Natalie Coural, conservatrice au C2RMF et le musée d’Orsay. Collaborations SFP, musée de Chalon, CRCC.

MÉMOIRE DE MASTER 2,  École Nationale Supérieure Louis-Lumière par Kevin Théard

Photographie couleur : Mise en place de dispositifs d’analyse physique pigmentaire permettant d’identifer des épreuves Ducos du Hauron au charbon trichrome ou photomécaniques.

Mémoire : Ducos-kTHEARD-MemoireENSLL-diffusionlightOK Annexes : kTHEARD_Memoire_annexes_BD-diffusionlight

Dirigé par Paul Bydlowski, enseignant à l’École Nationale Supérieure Louis-Lumière et Clotilde Boust, Responsable du groupe imagerie, Département recherche du C2RMF

Fiber Optics Reflectance Spectra (FORS) of Pictorial Materials in the 270-1700 nm range

Le laboratoire  de restauration de l’Opificio delle Pietre Dure et le laboratoire de spectroscopie appliquée de l’institut de physique appliquée “Nello Carrara” ont mis en ligne les spectres de réflectance UV/VIS/IR des principaux pigments de peinture. Il faut s’inscrire et les courbes ne sont pas téléchargeables mais c’est une vraie mine d’informations pour la reconnaissance des matériaux et issu d’un travail collectif partagé.

source : http://fors.ifac.cnr.it/photo.jpg

This database presents a collection of reflectance spectra in the 270-820 nm, 350-1000 nm, and 980-1700 nm ranges acquired on several paint layer structures that were built with materials selected from those most commonly used both in the past and in the present day. The pictorial materials were painted out onto small wood panels prepared with a traditional ground of gypsum and animal glue. They were applied as pure pigment/dye or as a mixture of different pigments/dyes with different binding media. Some of these pictorial materials were also applied as transparent glazes over opaque paint layers or metal leaf.

This spectra collection focuses on providing information that permits recognition of the spectral features of several pictorial materials. The spectra may be enlarged by directly clicking on the displayed graph. To date the spectroscopic data cannot be downloaded via the spectra pages.

This database is part of the continuing collaboration between the Restoration Laboratory of the Opificio delle Pietre Dure and the Applied Spectroscopy Laboratory of the Institute of Applied Physics “Nello Carrara” of the Italian National Research Council.

http://fors.ifac.cnr.it/main.php

Détection du Pigment bleu égyptien par photographie infra-rouge

La fluorescence du visible vers l’infra-rouge, est une technique qui permet de mettre en évidence les pigments : bleu de Han et violet de Han, ainsi que le bleu Egyptien.   C’est en réalité un de leur composant : la cuprorivaïte (CaCuSi4O10), qui a la particularité de réémettre dans l’infrarouge (910 nm)  lorsqu’elle est éclairée en rouge (610 nm).

Technique :

Cette fluorescence n’est pas visible à l’œil, pour ce faire, nous captons le résultat en infra-rouge, grâce à un appareil photo dé-filtré sensible dans l’infra-rouge et utilisé avec un filtre anti-visible (https://copa.hypotheses.org/361).
Le mode vidéo des appareils photos actuels est très pratique car il permet une vision instantané de la présence ou non des pigments.
La lampe LED émettant à 610 nm a été achetée dans un magasin de son et lumière de spectacle.

prise de vue

ledroug
LED rouge

Exemples
Nous nous intéresserons, dans nos exemples qu’au pigment bleu Egyptien.
Comme nous pouvons le voir sur ce détail, nous détectons bien mieux  le bleu Egyptien en fluorescence IR (photo de droite) qu’en visible (photo de gauche).

Détail de fluorescence infrarouge d’une statuette en terre cuite du musée du Louvre

Cette technique est très puissante car même s’il reste d’infimes particules de pigment, invisibles à l’œil, elles auront la particularité d’émettre une fluorescence.

Détail, cercueil a fond jaune, musée du Louvre

Dans cet exemple nous pouvons voir que le manque de pigment bleu Egyptien dans la partie basse est du à une restauration.

 

Sur des cercueils égyptien le résultat est toujours aussi magnifique!

Détail, cercueil a fond jaune, musée du Louvre

Détail de cercueil à fond jaune, Musée du Louvre

Pour en savoir plus sur le bleu Egyptien :
Verri, Giovanni “The spatially resolved characterization of Egyptian blue, Han blue and Han purple by photo-induced luminescence digital imaging.” Analytical and bioanalytical chemistry 394, no. 4 (June 2009):1011-1021. doi: 10.1007/s00216-009-2693-0.
– Dossier CNRS web de Sandrine Pagès-Camagna sur Les secrets des pigments bleus et verts Egyptiens.

Infrarouge : défiltrer un appareil photo

Les capteurs CCD des appareils photographiques sont naturellement sensibles aux radiations infrarouge proches (780-1000 nm). Les constructeurs positionnent donc un filtre anti-IR pour que les images n’enregistrent que le visible.

Si vous souhaitez faire des images dans l’IR, vous pouvez demander à retirer ce filtre directement au constructeur si vous avez un appareil professionnel. Vous pouvez également vous adresser à la communauté de la photographie astronomique qui utilise également l’imagerie IR, en suivant leurs tutoriels pour défiltrer vous même votre appareil, un exemple ici. Enfin, et c’est le plus simple, vous pouvez acheter directement un appareil défiltré, comme chez ce vendeur spécialisé Eosforastro. 

Une fois le filtre anti IR retiré de l’appareil photo, celui ci aura besoin de filtres à positionner devant l’objectif : un anti-visible pour faire des images dans l’IR et un anti-IR  pour prendre des images classiques dans le visible. L’achat de filtres scientifiques pour le format des appareils 24×36 peut par exemple se faire chez Chsopensource.

Cite this article as: Clotilde Boust, “Infrarouge : défiltrer un appareil photo,” in Scientific imaging for cultural heritage / Images scientifiques pour le patrimoine, ISSN 2609-780X, 04/12/2016, https://copa.hypotheses.org/361.