Archives de catégorie : Microscopy

article : Le guerrier de Saint-Maur (Oise). À la redécouverte d’une œuvre majeure de l’art gaulois

TECHNE    https://journals.openedition.org/techne/1363

La figure de guerrier en tôle chaudronnée de Saint-Maur est l’un des rares exemples de sculpture anthropomorphe attribuable à la fin de l’époque gauloise ou au début de l’époque gallo-romaine. À l’occasion de sa restauration en 2016, de nouvelles observations et analyses (spectrométrie de fluorescence X, microscopie numérique 3D, scanner 3D) ont été menées par une équipe pluridisciplinaire. Elles ont apporté des résultats inédits sur les matériaux et les techniques mises en œuvre pour la réalisation et l’assemblage des différentes pièces composant la figure du guerrier, ainsi que pour la caractérisation de ses attributs. Elles ont également permis de restituer les traitements rituels subis par l’œuvre avant son enfouissement et d’affiner sa datation.

Projet “Centenaire Louis Ducos du Hauron -LDDH”

Louis Ducos du Hauron (Langon 1837- Agen 1920) peut être considéré comme le précurseur des procédés modernes de photographie couleur.
L’inventeur des premières épreuves photographiques en couleur, obtenues avec la technique du tirage pigmentaire à transfert (charbon trichrome), n’est encore connu que de passionnés d’histoire de la photographie du XIXème. Ses autres procédés – pourtant majeurs dans l’histoire des sciences et techniques de l’image – ne le sont pas davantage. Ce sont la diversité des procédés, la grande complexité de fabrication de ses images, leur caractère expérimental et très innovant pour l’époque, qui ont limité les travaux sur ces œuvres et maintenu Ducos du Hauron dans l’ombre jusqu’à aujourd’hui.

En 2016, afin de préparer les célébrations du centenaire de la disparition de cet inventeur, est né le projet “Centenaire Ducos”. Le besoin était manifeste de comprendre les différentes techniques photographiques de cet inventeur et de mieux appréhender les fonds photographiques des collections Françaises.

Le projet “Centenaire Louis Ducos du Hauron” a ainsi été initié par:

  • le Centre de Recherche et de Restauration des musées de France -C2RMF : Natalie Coural (conservatrice, spécialité arts graphiques, département restauration) et Clotilde Boust (chercheur culture, responsable de l’imagerie, dpt Recherche & UMR CNRS PCMTH);
  • l’École Nationale Supérieure Louis Lumière -ENSLL : Jean-Paul Gandolfo (professeur, spécialité procédés anciens);
  • le Musée d’Orsay : Thomas Galifot (conservateur, spécialité photographie)

Ce projet a pour objectif de développer une méthodologie non invasive d’identification des différentes techniques d’épreuves de Louis Ducos du Hauron. Les intérêts sont de mieux connaître ces œuvres, de les situer dans le processus créatif de l’auteur et de l’époque, puis de les conserver dans des conditions optimales et enfin de les valoriser.

Le projet a ainsi fédéré plusieurs institutions et partenaires :

  • les archives de l’Académie des sciences;
  • le Musée Niépce de Chalon sur Saône;
  • le Musée des Beaux-Arts d’Agen;
  • le Musée de Chantilly;
  • Françoise Ploye, restauratrice de photographies;
  • Joël PetitJean, historien de Ducos du Hauron;
  • Kevin Théard, Maël Voyer, Anne Wogelmuth, étudiants ENSLL.

Un corpus important de 27 épreuves a été prêté pour étude par les partenaires du projet. Grâce aux techniques d’imagerie scientifique sous ultraviolet et infrarouge et à des analyses élémentaires sans contact, certaines techniques d’épreuves de Louis Ducos du Hauron ont été identifiées et replacées dans l’historique de l’auteur grâce aux sources écrites disponibles. De plus, ont été identifiés une majorité des pigments et colorants des épreuves : bleu de Prusse, jaune de Chrome, rouge carmin et laque de garance alizarine [Boust 2017].

En parallèle des analyses non destructives, certaines images du corpus du projet « Centenaire Ducos » présentant un état fragmentaire, la piste des analyses chimiques par prélèvement a été explorée. Des analyses en chromatographie au C2RMF puis à l’ESRF de Grenoble en micro imagerie infrarouge à transformée de Fourier et en fluorescence X sur source synchrotron ont ainsi été menées sur quatre épreuves. Les résultats obtenus permettent de mieux connaître le nombre et la composition
des différentes couches de gélatines pigmentées, et de les faire correspondre avec les formulations publiées par Ducos du Hauron aux mêmes dates [Cotte 2018].

À la suite de la publication de ces premiers résultats, une couverture médiatique presse et radio montre l’intérêt grandissant des publics pour le patrimoine photographique français :Mathieu Vidard, La tête au carré, France Inter, mercredi 28 mars 2018, Nathaniel Herzberg, « Les premières photographies couleur révèlent leurs secrets », Le Monde science et médecine du 26 mars 2018, CNRS Journal : https://lejournal.cnrs.fr/articles/ainsi-naquit-la-photographie-couleur.

Éléments de bibliographie:

  • Louis Ducos du Hauron, « Les Couleurs en Photographie, solution du problème », A. Marion, Paris, 1869
  • G. Potonniée, « Biographie de Louis Ducos du Hauron », Bulletin de la Société française dephotographie, p 149-163., 1914
  • Jean-Louis Berger, « Louis Ducos du Hauron (1837-1920) et les débuts de la photographie couleur de 1869 à 1879 », Maîtrise de Sciences et Techniques, image photographique, sous la direction
    d’André Rouillé, université Paris VIII, année 1991-92.
  • Clotilde Boust et Anne Wohlgemuth, Rapports d’étude du C2RMF, des épreuves de Louis DUCOS du Hauron du Musées d’Orsay (n°36660), de l’Académie des sciences (n°36661), du Musée d’Agen (n°36658), du Musée Nicéphore Niépce (n°36659), 2017
  • Marine Cotte, Tiphaine Fabris, Juliette Langlois, Ludovic Bellot-Gurlet, Françoise Ploye, Natalie Coural, Clotilde Boust, Jean-Paul Gandolfo, Thomas Galifot, and Jean Susini, “Rediscovering Ducos du Hauron’s Color Photography through a Review of His Three-Color Printing Processes and Synchrotron Microanalysis of His Prints”, Angewandte Chemie, Willey, 20 mars 2018




Nouveau regard sur la peinture persane : “Humay et Humayun”

Nouveau regard sur un chef d’œuvre de la peinture persane : “Humay et Humayun” ou la vision inspirée du rêve d’un prince

par Charlotte Maury, musée du Louvre, et Laurence Clivet, C2RMF

Auditorium du Louvre, 17/10/2018

Chef d’œuvre de la peinture livresque persane, cette illustre page n’a cessé de fasciner les amateurs et spécialistes depuis sa redécouverte au 19e siècle et son acquisition, en 1887, par l’Union centrale des arts décoratifs. Emblématique de l’esthétique de la peinture persane dont elle serait la quintessence même, célébrée pour son exceptionnelle finesse et la magie incomparable de ses couleurs, elle demeure en partie une énigme.